Pourquoi le groupe communiste au conseil régional de Bourgogne n’a pas assisté à la visite de Manuel Valls

, présidente du groupe communiste au , justifie l’absence des élus communistes à la venue du Premier ministre à la Région, lundi 15 décembre 2014.

Lire le communiqué ci-dessous.

“Nous ne participerons pas ce lundi 15 décembre à l’accueil du 1er Ministre et du Ministre du Travail par le Président de la Région, opération de communication qui donnera lieu à la signature d’un « protocole d’intention » sur la répartition des fonds du futur Contrat de Plan entre l’Etat et la Région.

S’il avait été question d’un débat nous aurions pu dire au 1ier ministre que ce nouveau contrat n’est pas à la hauteur des besoins de notre région.

Comment sur des volets aussi structurants que la mobilité, l’enseignement supérieur, la transition écologique, l’emploi, l’aménagement du territoire accepter une baisse cumulée des engagements de l’Etat et de la Région de 92 millions d’€ par rapport au précédent contrat de plan?

A l’heure où le taux de chômage augmente régulièrement, est-il sérieux de ne consacrer que 2M€ par an à l’emploi en Bourgogne ? Alors que la couverture numérique en très haut débit est aujourd’hui un véritable enjeu tant pour les citoyens que pour les entreprises, ne faudrait- il pas concevoir un plan national de déploiement plutôt que permettre aux opérateurs privés faire des affaires dans les seules zones rentables et laisser l’aménagement des zones non rentables à l’argent public ?

Autant de question que les citoyens n’auront pas l’occasion de poser puisqu’il n’est pas prévu de leur demander leur avis. Quant aux élus, seuls les conseils généraux et certaines agglomérations seront concertés dans un délai très court puisque le contrat définitif devra être voté à l’assemblée régionale lors de la session du 16 mars pour une signature officielle en Avril.

Comme pour la fusion Bourgogne Franche- Comté, nous déplorons le passage en force sans concertation avec les habitants, ni des élus locaux et régionaux.

La politique d’austérité menée par le gouvernement conduira à une baisse des dotations dans le budget régional de 12 millions d’euros en 2015, impactant l’ensemble des politiques alors que de l’argent public est gaspillé dans les cadeaux fiscaux et sociaux aux actionnaires et grandes entreprises Nous exigeons d’ailleurs que la transparence soit faite sur les versements du Crédit Impôt Compétitivité Emploi aux entreprises bourguignonnes. Nous avançons une proposition de moratoire sur les intérêts de la dette de la région à hauteur de 12 M d’€ pour maintenir notre niveau de politiques publiques.

Ne voulant pas nous prêter à ce simulacre de rencontre entre ministres et élus locaux, nous appelons nos concitoyen-nes à se mobiliser contre les politiques d’austérité et contre les régressions sociales. Des solutions alternatives existent pour sortir le pays de la crise et rendre l’argent utile.”

Les commentaires sont clos.