À Dijon, Manuel Valls promet jusqu’à 2 milliards d’euros pour la Bourgogne

Manuel Valls, Premier ministre et François Patriat, sénateur PS et président du conseil régional de Bourgogne, lors de la signature du protocole de Contrat de plan Etat-Région, le 15 décembre 2014 | Photo Jonas Jacquel

Manuel Valls, Premier ministre et François Patriat, sénateur PS et président du conseil régional de Bourgogne, lors de la signature du protocole de Contrat de plan Etat-Région, le 15 décembre 2014 | Photo Jonas Jacquel

Il est apparu détendu et déterminé. Le Premier ministre, , était en Côte-d’Or, lundi 15 décembre 2014. Une visite d’une journée qui l’a conduit à Dijon, mais aussi à l’usine Seb de Selongey. Dans la capitale de Ducs de Bourgogne, il a paraphé le protocole d’intention entre l’Etat et la région qui prévoit d’investir 2 milliards d’euros sur le territoire avant 2020 dont 600 millions contractualisés.

Dans le jardin du conseil régional de Bourgogne, on discute football et montée en Ligue 1. François Rebsamen et François Patriat verraient bien Troyes Brest, Dijon ou Sochaux. Et quand Manuel Valls demande si Auxerre peut prétendre à retrouver l’élite, la réponse est claire : c’est non. Pourtant, d’union régionale, il en a bien été question durant cette journée. Venu signer le contrat de plan Etat-région, Manuel Valls a promis le versement de deux milliards d’euros d’aide de l’État, dont 600 millions au titre de ce contrat. C’est 2,46% de l’enveloppe globale du gouvernement. Pour financer la mise à 2×2 voies de la RN7, la requalification de l’A38 par exemple ou la mise aux normes de la gare de Dijon avec le lancement des études sur le nœud ferroviaire de la capitale de Bourgogne et la Voie ferrée Centre-Europe-Atlantique, “future épine dorsale de la grande région”.

Manuel Valls, Premier ministre, François Patriat, sénateur PS et président du conseil régional de Bourgogne et François Rebsamen, ministre du Travail, lors de la signature du protocole de Contrat de plan Etat-Région, le 15 décembre 2014 | Photo Jonas Jacquel

Manuel Valls, Premier ministre, François Patriat, sénateur PS et président du conseil régional de Bourgogne et François Rebsamen, ministre du Travail, lors de la signature du protocole de Contrat de plan Etat-Région, le 15 décembre 2014 | Photo Jonas Jacquel

“Un tel niveau d’investissement montre l’intérêt du gouvernement pour les projets portés localement. C’est aussi un levier pour l’investissement local”, assure Manuel Valls. “Il permettra de relancer l’investissement dans les travaux publics qui en ont bien besoin. C’est un bon signe pour l’économie”. Dans le détail, ce plan, qui s’échelonne jusqu’en 2020 prévoit même des volets communs dans le cadre de la fusion entre la Bourgogne et la Franche-Comté. “Nous avons détaché deux domaines stratégiques illustrant la convergence que nous devons réaliser d’ici à la fin 2015”, explicite François Patriat. Il s’agit de l’enseignement supérieur, la recherche et l’innovation et les filières d’avenir et l’usine du futur.

“Nous allons favoriser le développement des métropoles tout en accompagnant les petites villes”, complète Manuel Valls. Dans la salle, François Sauvadet, président du conseil général de Côte-d’Or écoute le discours. Le Premier ministre vient de réaffirmer son intention de faire évoluer les missions des conseils généraux. “Nous sommes dans une période difficile, mais passionnante, dans laquelle nous nous devons de relancer la dynamique des projets structurants, car faire réussir les régions, c’est faire réussir la France”. Le protocole servira de base commune à l’établissement du Contrat définitif dont la signature est prévue au mois d’avril 2015.

“Contrairement à ce que pensent les oiseaux de mauvais augure, les choses peuvent changer si nous maintenons le cap”, poursuit le Premier ministre. “Il faut regarder l’avenir avec lucidité, mais aussi avec confiance et optimisme”. Il en a profité pour défendre le maintien de la politique de l’emploi dans le giron de l’Etat alors même que son secrétaire d’Etat André Vallini s’était dit ouvert à un transfert. Ceci en développant des réunions afin de “mieux travailler sur les politiques économiques, de formation, d’emploi ou d’apprentissage”.

Ce lundi 15 décembre, Manuel Valls a aussi visité l’usine Seb de Selongey avant de se rendre au centre de recherche de l’Inra, une nouvelle fois à Dijon.

Les commentaires sont clos.

  1. Sont mignons les nains!

    Lou le mardi 16 décembre 2014 à 10h07

  2. ça veut dire quoi requalifier l’A38 ?

    toinou le mardi 16 décembre 2014 à 11h41

  3. ils seront tous virés au plus tard en 2017 alors leurs annonces a 2 balles ils peuvent se les mettre aucu…. !aucu….! aucune hesitation ! il faut lutter , pour les virer !!!! rejoignez la m6R.fr nous sommes deja 73000 ….

    mangione daniel le mardi 16 décembre 2014 à 20h01

  4. Francois : Eh Manu ! Tu m’avais pas dit que la sbire de Cahuzac serait là
    Manu : T’inquiètes François, on refait le coup des cliniques façon EPAHD.
    Francois 2 : YES! Ben rendez vous à Pouilly sur nos vélos pour faire le point

    LesPetillantes le samedi 20 décembre 2014 à 18h06