Les commandements de Pierre Gattaz pour relancer l’économie

2014-04-industrie-emploi-JJ-miroir-1

Il n’hésite pas à parler de “texte d’intérêt général”. Le Premier ministre a présenté lui-même la future loi sur l’activité et la croissance, qui est loin de faire l’unanimité à gauche. Le texte a pour ambition de “déverrouiller” l’économie française. Tout simplement.

Et la tâche est loin d’être simple. L’ancien banquier de chez Rothschild, qui a donné son nom à la loi a du revoir sa copie à plusieurs reprises et faire de pair avec les hostilités de ses collègues. Pour le cependant, cette réforme va “véritablement dans la bonne direction”. Et ca tombe bien, son président, , était à Dijon il y a quelques jours. Face aux quelques 600 dirigeants et acteurs de l’économie régionale, il défendait son « obsession pour la lutte contre le chômage ». Coup d’œil sur ses objectifs.

De l’insertion tu feras la promotion

Il le dit, son “obsession, c’est la lutte contre le chômage”. Lors de sa visite à Bourgogne Intérim, Pierre Gattaz a trouvé “magnifique” la dévotion des salariés envers les décrocheurs. Selon lui, il est fondamental que les “sorties” de l’Éducation nationale, mais aussi les chômeurs sachent “rebondir”. Une réflexion étonnante de la part d’un chef d’entreprise dont le chiffre d’affaires est sa principale ambition.

Il parle d’une véritable lutte contre le décrochage et encourage ce type d’insertion sociale et économique. La formation théorique ne suffit plus, les jeunes doivent être en contact avec les entreprises, garder un pied à l’étriller. “Je pense qu’il faut expliquer à nos cocitoyens, à nos jeunes, qu’ils auront peut être 5, 6,7 métiers dans leur vie et qu’ils auront peut être 5-6-7 employeurs et ce n’est pas grave”. Mais comment les entreprises aident ces personnes à s’insérer dans le monde du travail ? Aucune solution n’a été donnée.

Le travail du dimanche tu développeras

Vous en avez peut-être vous-même profité ce week-end. Les commerces du centre-ville et des centres commerciaux de la périphérie de Dijon étaient tous ouverts. Une décision prise l’année dernière par les syndicats, aussi bien patronaux que salariés et la Chambre de commerce et d’industrie. Dès janvier, le nombre de dimanche ouvert passera de deux à trois. Une volonté du Medef Côte-d’Or, martelé depuis plusieurs années.

Le texte Macron prévoit un élargissement du travail le dimanche, de 5 à 12 par an. Une avancée pour le Medef qui souhaite cependant aller encore plus loin en autorisant plus facilement le travail après 21h pour s’adapter aux modes de vie. “Pour des raisons évidentes, économiques, d’attractivité et de création d’emplois, ouvrir un certain nombre de magasins dans un certain nombre de zones touristiques bien ciblées me paraît être le bon sens”, a assuré Manuel Valls sur le plateau de France 2. Et on vise plus particulièrement les Chinois qui ont un pouvoir d’achat bien plus élevé que le nôtre !

La compétitivité de la France tu réinstaureras

La France ne serait pas assez compétitive. Voilà pour le constat établi par Pierre Gattaz. “N’oublions jamais que l’écart de compétitivité entre la France et l’Allemagne est de 132 milliards d’euros”. Et n’aller pas lui dire que l’État restitue 40 milliards d’euros de charges ponctionnées aux entreprises entre 2010 et 2014. Pierre Gattaz en demande encore plus et appelle à un véritable effort en pointant du doigt la facilité avec laquelle les entreprises sous-traitent à l’étranger en raison des charges élevées en France.

Pour lui, il s’agirait d’amenuir les taxes, ainsi que les charges et les impôts des entreprises pour les rendre plus compétitives et de valoriser la main d’œuvre française. Les critiques ne l’atteignent point, mais le motivent davantage, car sans prétention il l’affirme : “J’ai le monde avec moi”. Il invite les politiciens à prendre exemple sur les pays émergés, émergents qui, eux, s’enrichissent.

Les commentaires sont clos.

  1. et Gattaz tu enrichiras

    xxl le mercredi 17 décembre 2014 à 7h20