Le Mouves se félicite de l’engagement de Bpifrance aux côtés des entreprises sociales

Le Mouvement des entrepreneurs sociaux Bourgogne Franche-Comté se félicite de l’engagement de Bpifrance aux côtés des entreprises sociales. “Cet engagement vient confirmer que cette autre manière d’entreprendre doit être encouragée par la puissance publique”, considère le mouvement.

Lire le communiqué ci-dessous.

“Carole Delga, Secrétaire d’Etat chargée du Commerce, de l’Artisanat, de la Consommation et de l’Economie sociale et solidaire, a annoncé hier le lancement de trois nouveaux dispositifs de financements en faveur des entreprises sociales et de l’innovation sociale :

Un Fonds d’investissement dans l’innovation sociale (FISO), d’une capacité de 40 millions d’euros, géré par Bpifrance, dont la création avait été annoncée en mai 2013 par le Président de la République suite aux travaux du dans le cadre des Assises de l’entrepreneuriat.

Des prêts pour les entreprises sociales telles que définies dans la récente Loi sur l’Economie sociale et solidaire (Loi ESS), via des partenariats avec le réseau bancaire classique et les financeurs solidaires spécialisés. Ce programme est doté d’une capacité d’engagement Bpifrance initialement ciblée à hauteur de 50 millions d’euros pour les exercices budgétaires 2015 et 2016.

Un fonds de fonds, doté d’une capacité d’investissement en fonds propres dans les entreprises sociales, pour une capacité totale de l’ordre de la centaine de millions d’euros.

Attendue avec impatience par les entrepreneurs sociaux, inquiets de ne rien voir venir depuis de longs mois, cette annonce vient outiller concrètement la Loi ESS votée cet été et destinée à permettre aux entreprises sociales de changer d’échelle.

Le Mouves se félicite de l’engagement de Bpifrance aux côtés des entreprises sociales. Cet engagement vient confirmer que cette autre manière d’entreprendre doit être encouragée par la puissance publique, parce que créatrice d’emplois et de croissance, mais aussi de réponses aux besoins sociaux des françaises et des français.”

Les commentaires sont clos.