Réforme territoriale : Pour François Sauvadet (UDI), “on ne sort pas de l’impasse”

L’Assemblée a de nouveau voté la et le redécoupage régional qui en découle, mardi 9 décembre. Le président et député UDI de Côte-d’Or, François Sauvadet a lui aussi à nouveau voté, mais contre cette réforme. “Je ne peux que déplorer à nouveau l’entêtement du Gouvernement et son incapacité à entamer un vrai dialogue sur ce sujet”, assure-t-il.

Lire le communiqué de presse ci-dessous.

“Après une troisième lecture expresse dans la nuit de lundi à mardi où rien n’a bougé, l’Assemblée Nationale a été appelée à se prononcer sur la réforme territoriale.

La carte redécoupant les Régions a été adoptée avec seulement vingt-huit voix d’avance contre l’avis de toutes les formations politiques à l’exception du Parti Socialiste. Cette situation n’est pas sans rappeler sur le fond comme sur la forme le redécoupage de tous les cantons de France qui marquait la fin des territoires ruraux.

J’ai à nouveau voté contre cette réforme territoriale cet après-midi lors du vote solennel du texte.

Je ne peux que déplorer à nouveau l’entêtement du Gouvernement et son incapacité à entamer un vrai dialogue sur ce sujet. L’organisation territoriale de la France devrait pourtant faire l’objet d’un consensus, ou du moins d’une convergence de vue, entre les principales formations politiques du pays.

Ainsi, depuis mai 2012, le Gouvernement a fait le choix de redécouper les frontières départementales et régionales, les tripatouiller et souffler le chaud et le froid sur leur avenir – disparition ou non des Conseils généraux, les versions varient au gré des mois ! – sans tenir le moins du monde compte des opinions de l’opposition républicaine, ni même de celle des alliés traditionnels du Parti Socialiste !

En politique, cette absence de dialogue est toujours coupable. Quand il s’agit de modeler le visage de la France de demain, c’est scandaleux !

La France aura donc treize régions demain, sans qu’il ne nous ait jamais été expliqué pourquoi ce nombre, ni à quelle logique opérationnelle correspondait ce découpage puisque nous ignorons encore quelles compétences leur seront confiées demain ! Ces clarifications n’interviendront qu’au début de l’année 2015, en plein milieu des élections départementales. Malheureusement, les décisions seront à nouveau prises par le Parti Socialiste et lui seul !

D’autant que le Gouvernement a annoncé qu’il ferait usage de la procédure accélérée pour l’examen du texte réformant les compétences des collectivités territoriales. Les textes passent, les méthodes restent !

Quel gâchis pour une grande réforme pourtant nécessaire !”

Les commentaires sont clos.