Une partie de la Côte-d’Or va expérimenter la “Garantie Jeunes” en 2015

François Rebsamen, ministre du Travail | Photo Jonas Jacquel

François Rebsamen, ministre du Travail | Photo Jonas Jacquel

Alors qu’il rencontrait Marianne Thyssen, Commissaire européenne pour l’Emploi, les Affaires sociales, les Compétences et la Mobilité des travailleurs, le ministre du Travail, , a annoncé l’extension de la “” à 51 nouveaux territoires à titre d’expérimentation. Au cours de l’année 2015, plusieurs missions locales du département de la Côte-d’Or proposeront donc ce dispositif.

Lancé en 2013, ce dispositif qui s’adresse aux jeunes de 18 à 25 ans en grande difficulté leur permet de toucher une allocation de 433 euros par mois en échange d’un “parcours intensif d’accès à l’emploi et à la formation”. C’est à dire un accompagnement collectif intensif, durant les premiers mois, assuré par la mission locale, des expériences répétées de mise en situation professionnelle sous toutes les formes possibles (stages, petits jobs, apprentissage), un accompagnement individuel d’une année.

La “Garantie Jeunes” française est un dispositif inscrit au Plan pluriannuel de lutte contre la pauvreté adopté lors du Comité interministériel de lutte contre les exclusions du 21 janvier 2013. Il doit concerner 50 000 jeunes en 2015 et 100 000 en 2017.

Une partie de la Côte-d’Or sera donc concernée comme 51 autres départements. “Plus de 60 dossiers ont été adressés, en plus des 20 territoires déjà engagés dans l’expérimentation”, assure le ministère. “Les territoires retenus l’ont été lorsque si les préfets ont assuré que toutes les conditions étaient réunies pour une entrée en 2015”. À la fin de l’année prochaine, 60% des communes de métropole sur lesquelles se trouve au moins un des 1 300 quartiers prioritaires seront couvertes.

Les commentaires sont clos.

  1. 433 euros par mois ; Rebsamen doit confondre avec son argent de poche de chaque jour , a quand le bol de riz ? ; a vomir !!!

    mangione daniel le lundi 1 décembre 2014 à 19h11

  2. j’ajouterai ; et c’est pour ça qu’il touche une paye de ministre ? quelle honte !!! , c’est sa vision liberale de l’economie !!! Troski doit pleurer dans sa tombe ?

    mangione daniel le lundi 1 décembre 2014 à 19h17

  3. Oui à vomir!

    georges le mardi 2 décembre 2014 à 9h52

  4. Bel exercice de contrition après l affaire de l interview.
    et vive la “presse libre”.:)

    barnum le mardi 2 décembre 2014 à 14h21