Dijon : Le Collectif pour un audit citoyen de la dette publique écrit au maire de la ville

Le Collectif pour un audit citoyen de la dette publique de Cote-d’Or a adressé une lettre ouverte au maire de Dijon, Alain Millot au sujet des crédits toxiques de la municipalité.

Les membres du CAC 21 se rendront en délégation à la mairie de Dijon lundi 24 novembre à 14 h 30 pour “tenter d’obtenir une entrevue avec les autorités municipales sur ce sujet essentiel pour les citoyen-nes contribuables de la commune de Dijon”.

Retrouvez la lettre ouverte ci-dessous.

“Monsieur le Maire,

A plusieurs reprises cette année, après déjà plusieurs demandes effectuées auprès de votre prédécesseur François Rebsamen, nous avons sollicité audience auprès de vous afin d’échanger sur le sujet des crédits potentiellement toxiques détenus par la ville de Dijon. Lors de notre dernière proposition d’entretien du 10 juillet dernier, nous vous avons également demandé de nous transmettre les éléments relatifs aux comptes de l’année 2013 afin entre autres d’actualiser nos données au sujet de ces crédits et de leur évolution. Nous avons profité de ce courrier pour réitérer notre demande, toujours insatisfaite, d’accès aux contrats des crédits potentiellement toxiques contractés par la Ville, accès au sujet duquel la CADA, saisie par nos soins, a rendu un avis favorable le 31 janvier dernier. Malgré cet avis, la mairie nous a opposé le 25 février une fin de non recevoir.

A ce jour, vous n’avez donc répondu à aucune de nos demandes citoyennes.

Par conséquent, nous vous informons que notre collectif se présentera dans vos locaux le 24 novembre prochain à 14 heures 30 afin d’obtenir les informations indispensables à la poursuite de son action. Cette visite sera l’occasion d’une conférence de presse, pour faire le point sur le dossier de la Ville de Dijon au regard des crédits toxiques et pour informer les médias sur l’absence de coopération dont vous mêmes et vos services avez fait jusqu’à présent preuve à l’égard des demandes légitimes de notre collectif citoyen.”

Les commentaires sont clos.