Les fromages de Bourgogne veulent vous faire passer à table

2014-11-fromage-foire-gastronomie-JJ-miroir-1

À l’approche des fêtes, peut-être vous demandez-vous quel pourra introduire votre bûche ou votre dessert. Pour y répondre, l’association des fromages, crème et beurre, sous indications géographiques de Bourgogne et de Champagne a lancé, lundi 10 novembre 2014, sa nouvelle édition du livret “Les fromages de Bourgogne vous font passer à table”, en partenariat avec Dijon Céréales. Il sera disponible dans les boulangeries du grand Est de la France.

C’est la troisième fois que ce petit livret est édité et distribué à l’échelle de la région Bourgogne. Cette fois-ci, pas d’accord met-vin, mais sept recettes originales, concoctées pour certaines par des grands chefs, autour des sept fromages sous IGP, comme le Brillat-Savarin ou l’Époisses et un pain différent pour le déguster. “Nous sommes les garants d’un savoir-faire ancien et original, symbole de la Bourgogne gastronomique au même titre que la moutarde, le vin ou le jambon persillé”, note Didier Lincet, président de l’IGCB. “Il est assez paradoxal de s’attacher tant que ça à la sauvegarde du fromage dans une société où prime la vitesse et la frénésie, mais c’est un véritable mode de vie”.

2014-11-fromage-foire-gastronomie-JJ-miroir-2

L’industrie du fromage fait vivre près de 1 000 personnes dans la région, en comptant les fromageries et les élevages laitiers. En ressortent 6 000 tonnes de fromages par an dont près de 15% sont directement exportés en moyenne. Au premier rang desquels on retrouve Chaource, né au Moyen-âge dans les abbayes de Champagne et de Bourgogne. De quoi tordre le cou à quelques idées reçues puisque l’Époisses n’est que second en tonnages et quatrième en litrages de lait collecté.

Pour chaque fromage, Dijon Céréales livre son petit conseil. Pour le Brillat-Savarin, il faut pencher pour un pain multicéréales, pour le Charolais, il faut préférer une baguette aux fruits. À en croire Valérie Vuillemot, directrice générale de la coopérative, ce partenariat est “exemplaire” et permet de “valoriser plus de 3 000 agriculteurs” en mettant les circuits courts à l’honneur. 25 fromageries maillent le territoire. Il est même possible de visiter certaines d’entre elles. De quoi lier l’utile à l’agréable.

Les commentaires sont clos.