Un nouveau squat pour les demandeurs d’asile

2013-07-05-societe-expulsion-squat-rue-bertillon-dijon-demandeurs-d-asile-5

Quelques semaines après l’expulsion du squat Bertillon, les demandeurs d’asile ont trouvé un nouveau logement de fortune. Cette fois-ci, les associations ont “réquisitionné” un bâtiment de la rue René Coty, à Dijon, pour leur offrir un toit.

La nouvelle n’a été rendue publique que dimanche 8 septembre 2013 mais voilà plusieurs jours déjà, que les demandeurs d’asile y sont relogés. Pour le collectif d’association, cette décision était indispensable pour pallier la future expulsion d’un autre squat, celui de la rue des Petites roches, où vivraient une centaine de demandeurs d’asile.

“Nous voulons donner des solutions concrètes de relogement et à marquer notre solidarité avec les demandeurs d’asile qui fuient les persécutions dans leurs pays”, assure le collectif dans un communiqué. Dimanche 8 septembre 2013, plusieurs bénévoles seront d’ailleurs devant le bâtiment, “laissé à l’abandon depuis plusieurs années”, pour “affirmer leur soutien à cette réquisition et s’assurer que les occupants ne subissent pas de tentative d’expulsion illégale”.

Pour en savoir plus, lire le communiqué de presse ci-dessous.

“Un  bâtiment situé 3 rue René Coty à Dijon a été occupé depuis quelques jours pour y reloger des demandeurs d’asile expulsés le 6 juillet du squat de la rue Bertillon et menacés d’expulsion à court terme du squat de la rue des Petites Roches où vivent une centaine d’entre eux. En ce dimanche après-midi, des militants associatifs sont rassemblés devant le bâtiment pour affirmer leur soutien à cette réquisition et s’assurer que les occupants ne subissent pas de tentative d’expulsion illégale, et qu’ils bénéficient d’une procédure judiciaire contradictoire où ils puissent défendre leurs droits.

Cette réquisition s’est réalisée avec le soutien d’associations dijonnaises solidaires des demandeurs d’asile. Ce bâtiment était laissé à l’abandon depuis quelques années déjà.

Cette occupation vise à la fois à donner des solutions concrètes derelogement et à marquer notre solidarité avec les demandeurs d’asile qui fuient les persécutions dans leurs pays : Érythrée, Soudan, Somalie, Éthiopie…. Elle est une manière d’affirmer que nous ne pouvons les laisser seuls face aux expulsions et face à une administration qui ne respecte toujours pas ses obligations de logement des demandeurs d’asile.”

Les commentaires sont clos.