Hommage à Rémi Fraisse : Le Medef réclame des poursuites judiciaires envers les manifestants violents

Le Medef demande “qu’une enquête soit conduite” après la manifestation de ce samedi 1er novembre 2014 en hommage à . , le président du syndicat demande “que les casseurs soient traduits devant la justice”. “Le statu quo n’est pas acceptable, car il encouragerait les casseurs à se ‘manifester’ à nouveau”.

Lire le communiqué ci-dessous

Solidarité du MEDEF Côte-d’Or avec les commerçants du centre-ville de Dijon

Des dizaines de commerçants ont vu leurs locaux dégradés, leurs vitrines brisées, leurs murs tagués… lors d’un rassemblement qui a fortement dégénéré samedi dans le centre-ville de Dijon. Le MEDEF Côte-d’Or demande qu’une enquête soit conduite pour traduire les casseurs devant la justice.

Les hommages au militant écologiste décédé dans des affrontements entre gendarmes et manifestants sur le chantier du barrage de Sivens, dans le Tarn, se sont multipliés dans toute la France.

Samedi à Dijon, le rassemblement s’est transformé en une inadmissible scène de guérilla urbaine au cours de laquelle des manifestants casqués ont témoigné de leur « détermination à ne pas subir les violences de l’État » en saccageant la voie publique. Les commerçants du centre-ville ont été particulièrement touchés. De nombreux dégâts matériels sont à déplorer, sans compter le manque-à-gagner provoqué par cette forte perturbation un samedi après-midi, toujours palpable ce lundi.

Pierre-Antoine KERN déclare : « les premières déclarations des services de l’ordre annoncent qu’une seule interpellation aurait eu lieu. Le MEDEF Côte-d’Or demande qu’une enquête soit conduite pour traduire les casseurs devant la justice. Le statut quo n’est pas acceptable, car il encouragerait les casseurs à se « manifester » à nouveau.

Les commentaires sont clos.