Hommage à Rémi Fraisse : Le désarroi de Benoît Bordat (Cap21) face aux hostilités de la manifestation

, Délégué départemental CAP21, partage le désarroi de Corinne Lepage, Présidente de CAP21 qui “déplore les moyens violents utilisés” lors de la manifestation de samedi 1er novembre 2014 en hommage à . Il fait le distinguo entre ces “minorités violentes” et les écologistes. Le membre du Parti soutien les mots de Mathieu Burnel et espère “retrouver un véritable dialogue” entre les opposés.

Lire le communiqué ci-dessous

Réaction aux manifestations suite à la mort de R.Fraisse

De nombreuses personnes voulaient rendre hommage à Rémi Fraisse qui a perdu la vie à 21 ans lors de son opposition contre le barrage de Sivens. Rendre hommage à un militant c’est bien, le faire comme les casseurs et autres « groupes isolés » l’ont fait samedi à Nantes, Toulouse et Dijon est tout simplement inacceptable. Ce n’est pas un hommage, c’est un prétexte pour dégrader, déstabiliser et créer une ambiance nauséabonde partout en France. Aucun écologiste n’a soutenu ces manifestations.

Nous n’osons imaginer ce que ressent aujourd’hui la famille de ce jeune homme quand on voit certains récupérer son nom pour une cause qui n’était pas la leur.

Pour Corinne Lepage, Présidente de Cap21 parti écologiste et humaniste « On ne peut que déplorer les moyens violents utilisés aujourd’hui par des minorités violentes manifestant avec une réelle volonté politique. Ces minorités violentes ne doivent jamais être assimilées aux réels combats menés par des citoyens –notamment les écologistes- contre des projets controversés souvent inutiles. »

Les appels de Mathieu Burnel lors de l’émission « Ce soir ou Jamais » sur France 2, à utiliser « des moyens pour tenir en respect les forces de police », précisant « par des moyens adéquats » ajoutant que « ceux qui définissent les moyens sont la police » montrent bien le degré parfaitement préparé de ce qui s’est passé ce week-end. Cela montre l’irresponsabilité et la dangerosité de certaines personnes ne représentant aucun mouvement légitime et démocratique et leur volonté d’instaurer un climat de haine dans le pays.

Entre ceux qui se retranchent derrière la légalité et ceux qui reprochent le manque de légitimité de nombre de projets, nous devons absolument pouvoir retrouver un véritable dialogue qui fait le vivre ensemble et non cette haine qui a déferlé dans certaines villes françaises. Les responsables devront être lourdement sanctionnés.

Les commentaires sont clos.