Crédit municipal de Dijon : Les usagers ne veulent “rien lâcher”

L’association des clients et usagers du , réuni samedi 25 octobre, a décidé de poursuivre son activité pour “continuer à défendre les usagers”. Ils devraient en outre publier un livre blanc pour “mettre en lumière toutes les manipulations de l’opinion”.

Lire les communiqué ci-dessous.

“Réunis, samedi 25 octobre 2014 à la Maison des Associations à Dijon les usagers présents et celles et ceux consultés décident la poursuite de l’activité de l’ACU-CMD et se fixent quatre buts essentiels.

1. Continuer à défendre tous les usagers quels que soient leurs choix : Gérés par le Crédit Municipal de Bordeaux ou par d’autres banques. Tous ont des intérêts communs, faire respecter leurs droits d’usagers d’une banque.

2. Appeler les Dijonnais à ne pas laisser utiliser en les détournants de leur vocation sociale les fonds propres restants au Crédit Municipal de Dijon ; capital public d’environ 57 millions d’euros (après déjà une extraction de 8 millions d’euros) que le Maire (François REBSAMEN) a déclaré vouloir utiliser pour « … désendetter la ville… » L’ACU-CMD attend toujours réponse du nouveau Maire à sa demande d’audience, plus de six mois. S’il était avéré une autre utilisation que sociale, l’ACU-CMD saisira le Tribunal Administratif.

3. Exercer une grande vigilance et organiser des actions. S’il le faut, pour que soit préservé et maintenu « le service de prêts sur gages », seule activité restant du Crédit Municipal de Dijon et qui voit son activité toujours plus utile à nos concitoyens touchés par le chômage et la pauvreté (20 000 dijonnais survivants sous le seuil de pauvreté) et la baisse du pouvoir d’achat de très nombreux salariés. Des rumeurs nous font craindre la même volonté politicienne de destruction que pour la banque publique.

4. Editer un Livre Blanc mettant en pleine lumière toutes les manipulations de l’opinion quand ce ne fut pas le mur du silence et les mensonges (Omerta) imposés par les décideurs politiques de la majorité municipale. Le Livre Blanc résumera quatre années d’actions contenues dans près de six kilos de documents, articles de presse, déclarations, communiqués, conférences de presse, etc…)”

Les commentaires sont clos.