À Dijon, François Hollande veut renouer avec la jeunesse

François Hollande au 25ème congrès de la Fédération Léo Lagrange, à Dijon le dimanche 26 octobre | Photo Jonas Jacquel

François Hollande au 25ème congrès de la Fédération Léo Lagrange, à Dijon le dimanche 26 octobre | Photo Jonas Jacquel

À Dijon, dimanche 26 octobre, était en terrain conquis. Parmi les militants associatifs de la Fédération Léo Lagrange il n’a pas fait de grandes annonces. Juste rappeler que la jeunesse était bel et bien une de ses priorités et que l’unité n’était pas une option.

Un âge d’or passé

Ses seuls commentaires, il les réservera aux quelques dizaines de personnes qui l’attendaient à l’extérieur du palais des congrès. Pas question de commenter les récents chiffres du chômage auprès des journalistes. “Il faut de l’engagement, tout se fait sur la durée” promet-il en serrant quelques mains. Ils sont plusieurs dizaines à avoir attendu sa sortie, pour une photo ou pour lui glisser quelques mots. Pas de trouble-fêtes comme ceci avait pu être le cas lors de son précédent déplacement dans la capitale des Ducs de Bourgogne, en mars 2013.

À quelques jours de la mi-mandat, il s’agissait essentiellement pour François Hollande de rassurer. “Un Président de la République doit rechercher l’unité du pays alors que nous sommes dans un moment où tout est fragmenté, tout est divisé, séparé, exacerbé”. Et ceci, au sein même du Parti socialiste. En face de lui pour la clôture de ce congrès, Bruno le Roux, président de la Fédération mais aussi président du groupe socialiste à l’Assemblée nationale. Là même où le gouvernement rencontre quelques difficultés avec les députés dits frondeurs. “Ma tâche est de réunir, de faire comprendre que nous avons besoin de destin, de bien et de sens commun pour vivre ensemble”.

Pendant près de cinquante minutes, après une standing ovation de la salle, sans réellement réaliser d’inventaire, il va déployer différents thèmes : “Il y en a qui pense que la France était plus belle, plus glorieuse, plus juste avant. Il ne faut pas faire la France de demain à celle d’hier. Il faut se baser sur ce qui nous a rendus fiers devant l’ensemble du monde”. Durant la campagne Présidentielle, il avait fait de la jeunesse un de ses principaux thèmes de campagne, c’est donc envers eux qu’il a axé une partie de son discours.

2014-10-politique-hollande-JJ-miroir-25

Un plaidoyer pour la jeunesse

Il faut dire que la Fédération Léo Lagrange, née en partie grâce au Mouvement des jeunes socialistes, est principalement tournée vers cette partie de la population. “Il faut aller vers celles et ceux qui pensent que le monde sera meilleur, il faut faire en sorte que les jeunes vivent mieux, quels que soient leurs origines, leurs parcours. C’est la responsabilité de la société”. Et de se comparer à l’Allemagne. “La France va continuer à voir sa population progresser contrairement à nos voisins. Nous avons besoin de plus de croissance, de plus de dynamisme. Pour nous préparer à l’avenir, celui où tous les jeunes auront une place au bénéfice de la Nation”.

Sous le contrôle de son ministre du Travail, François Rebsamen, il promet de donner un coup d’accélérateur à l’apprentissage et de développer le dispositif “Garantie jeune”, une procédure qui concernera les jeunes qui n’ont ni emploi, ni stage, ni formation, ni éducation et qui devraient permettre de suivre un parcours d’insertion sociale. “Nous avons réalisé une expérimentation avec 10 000 jeunes, nous passerons dès 2015 à 50 000 jeunes et 100 000 dans trois ans”, assure-t-il. “Il faut tendre la main, aller chercher les jeunes, les prendre par la main. Léo Lagrange disait qu’il n’y avait pas de plus grand bonheur que de voir une famille découvrir la mer. Je considère qu’il n’y a pas de plus grand bonheur que de voir un jeune découvrir qu’il peut servir à la société”.

Il en est de même pour le service civique. 100 000 jeunes pourront là aussi bénéficier du dispositif en 2017. “Ce n’est pas un emploi, c’est une vocation”, explique-t-il. Avec l’idée qu’un quart d’entre eux puissent être exclusivement réservé aux décrocheurs, “afin qu’ils puissent reprendre confiance en eux-mêmes, gagner en dignité et acquérir une certaine fierté”.

Que ceux qui pensent aussi qu’être pauvre est un privilège le deviennent

Des dispositifs qui viendront compléter les emplois d’avenir. “Tout ce qui ira vers l’emploi et vers l’emploi des jeunes sera accueilli par le gouvernement dans un sens favorable”, lance-t-il, énigmatiquement. Un moyen détourné de répondre aux demandes des députés socialistes d’amplifier le dispositif des emplois aidés. “Un jeune sur cinq recherche un emploi”. Dans les rangs mêmes de l’État, 700 jeunes sont en contrat d’apprentissage.

“Ceux qui se plaignent le plus du manque d’engagement des jeunes sont ceux qui s’accrochent le plus à leur poste, à leur mandat”, souligne-t-il. “Que ceux qui pensent aussi qu’être pauvre est un privilège le deviennent. Parmi les plus démunis, les plus fragiles n’accèdent pas aux prestations, car ils n’en ont pas connaissance […] L’État doit être plus simple, car un pays simple est un pays juste”. Des annonces doivent d’ailleurs être faites dans quelques jours sur ce sujet.

Les commentaires sont clos.

  1. … et le droit de vote à 16 ans?

    Dijon Autrement le lundi 27 octobre 2014 à 8h20

  2. Ce n’est même pas lui qui a écrit son discours… Cette visite d’une heure à Dijon est pathétique… :(

    CamilleG le lundi 27 octobre 2014 à 11h20

  3. *pitoyable, pas pathétique (pardon).

    CamilleG le lundi 27 octobre 2014 à 11h20

  4. Plus nul que lui impossible

    nikos le lundi 27 octobre 2014 à 11h37

  5. Dijon Autrement
    Le droit de vote à 16 ans ? Pure Folie que cette idée : nous avons a faire depuis au moins 30 ans dans notre société ; a de jeunes “citoyens” de plus en plus incultes ; donnant là ; nous le voyons de plus en plus souvent aux travers de sordides faits divers ; A DE JEUNES PARENTS PARFAITEMENT IRRESPONSABLES ; débiles sévères ; incapables d’élever leurs enfants; pour des âges allants jusqu’à 35 ans !( voir plus )

    Cranach le lundi 27 octobre 2014 à 14h30

  6. Comme dans la marquise de Corneille chantée par Brassens qui pourrait servir de reponse a ce “cranach, l’insulteur ” qui dechaine sa haine contre la jeunesse populaire ; bien sur pas celle dorée de sa caste bourgeoise et nantie = ” elles ;ils ,ont 16ans mon VIEUX cranach et elles, ils t’emmerdent en attendant ” bis !!!! a chanter sur l’air bien connu des amateurs de chansons françaises ; bonne journée !!!!

    mangione daniel le mardi 28 octobre 2014 à 10h36

  7. Cher Monsieur Mangione
    Cette ” jeunesse ” déjà si vieille en fait ; inculte et irresponsable comme celle des émeutes de banlieue de 2005 ; aux slogans politiques de N..la police ; n..la France ; n..ta mère ; qui m’avait invité comme eux a voter pour Sarkosy ( et non pas Mélanchon) que l’on retrouve aujourd’hui en Syrie ; ; EMMERDE surtout “la gauche de la gauche” ; en cramant les bagnoles d’occasions des ses travailleurs exploités; vivant dans des banlieues pluri-multi ethniques et confessionnelles lorsqu’ils n’en sont pas encore partis. Effectivement Monsieur Mangione , comme nantis que je suis ; il m’arrive d’en voir débarquer à 5h00 du matin à l’usine ; mais souvent ” cette France là” ( qui a du mal a se lever tôt ) ; ne reste jamais bien longtemps. et ne connait même pas Brassens et bien moins Corneille; “mon cher”.( comment le pourrait t’il du reste?) . Ah sacré Monsieur Mangione : avec vous on rigole et probablement plus fort encore en..2017 .. ” N’est ce pas?”

    Cranach le mardi 28 octobre 2014 à 15h27

  8. Ma capacité de concentration est si courte que,.. Oh regarde un oiseau !

    Pour la génération de François Hollande (60 ans) ! L’âge d’or, c’était de vivre d’abus de biens sociaux en tout genre, d’endettement et de crédit au quotidien en faisant travailler les enfants asiatiques dans les entreprises qu’ils ont délocalisées. Aujourd’hui, cette génération demande à la jeunesse Française d’être solidaire, de renflouer les caisses de l’état et en plus qu’elle paye les retraites avec du travail précaire pour maintenir le train de vie de l’âge d’or

    Gantak le mercredi 29 octobre 2014 à 10h53

  9. Renouer avec la jeunesse?! Pourquoi, il a raté sa vie?

    Gael le vendredi 31 octobre 2014 à 12h23