Départementales 2015 : Une “Team Côte-d’Or” pour la droite et le centre

Photo Jonas Jacquel

Photo Jonas Jacquel

“L’union n’est pas une option, mais un devoir”. À quelques mois des prochaines élections départementales, les instances locales de l’UMP et de l’UDI n’y vont pas par quatre chemins. Pour confirmer les derniers (bons) résultats aux élections locales, ils seront main dans la main, quitte à faire quelques déçus.

L’union fait la force

Il avait jeté les jalons d’un “team Bourgogne” lors de la fête des bourguignons. Cette fois-ci, a lancé la “team Côte-d’Or”, en prévision des élections départementales du mois de mars 2015. Avec son collègue, député-maire de Beaune, , le président du conseil général de Côte-d’Or a promis “qu’une et une seule investiture” serait donnée par la majorité départementale (UMP-UDI) dans chacun des nouveaux cantons du département. “C’est une question de responsabilité et de bon sens”, assure-t-il.

“Tous les clignotants sont au rouge : la dette, la croissance, le chômage. Dans le même temps, nous avons enregistré de très beaux résultats lors des précédentes élections. Que ce soit aux Municipales ou aux Sénatoriales ou nous avons ravi un siège de plus”. Les deux hommes promettent donc de choisir les “meilleurs” en faisant émerger des talents et en transcendant les frontières des deux partis. “Le département est entre de bonnes mains”, renchérit Alain Suguenot, par ailleurs président de l’UMP 21. “Il ne faut toutefois pas uniquement s’associer, mais proposer une alternative crédible”.

C’est dans cette optique que la majorité départementale entend mettre en place des ateliers du projet : “Les grandes idées ne viennent pas forcément du haut”, plaide Alain Suguenot. “Tout le monde peut faire des propositions. Le gouvernement souhaite mettre ces élections entre parenthèses, nous allons lui montrer qu’il a au contraire rendez-vous avec les électeurs”.

L’union est une question de responsabilité et de bon sens

Mais avec qui se fera ce rendez-vous ? Quelques noms commencent à circuler : Laurent Bourguignat et Virginie Voisin-Vairelles ont déjà fait acte de candidature sur Dijon 3. Mais le tandem n’est pas encore validé par les instances de l’UMP et de l’UDI. Même chose pour Bernard Depierre, l’ancien député. “Des noms vont s’imposer”, promet François Sauvadet. À commencer par le sien, à Vitteaux avec Martine Eap-Dupin. Mais aussi François-Xavier Dugourd et Danielle Darfeuille, sur le canton Dijon 1, Ludovic Rochette et Anne Erschens sur le canton Dijon 4.

Sans oublier Hubert Brigand à Chatillon-sur-Seine, Jean-Patrick Chapuis à Dijon 6. “Vincent Dancourt par exemple est une des révélations des élections municipales, il aura un rôle à jouer à Genlis”, complète le président du conseil général de Côte-d’Or. “Le message d’union de la Côte-d’Or doit s’appliquer à la France”.

Les commentaires sont clos.

  1. Enfin faire émerger des nouveaux talents : bravo M. Sauvadet ! Mais qu’allez vous faire des vieux cumulards qui vont s’accrocher à leurs mandats quitte à faire perdre leur famille politique ?

    hubert le mardi 21 octobre 2014 à 11h21

  2. Un “team” c’est quoi ? Je n’ai rien trouvé dans le dictionnaire !!
    Ceux qui adoptent la langue américaine se donnent l’illusion d’être modernes, alors qu’ils ne sont qu’américanisés.
    Et là pas de jaloux, droite ou gauche même combat !! Après Dijon city card (un comble !) Shop in Dijon, Voilà maintenant le (la ?) team Côte d’or.

    Anonyme le mercredi 22 octobre 2014 à 9h30