Dissolution de la BA 102 : Alain Houpert et Anne-Catherine Loisier pointent un “véritable gâchis humain et financier”

Les sénateurs et Anne-Catherine Loisier pointent le “gâchis humain et financier” provoqué par l’annonce de la fermeture de la BA 102.

Lire le communiqué de presse ci-dessous.

“Aujourd’hui le ministre de la Défense Jean-Yves le Drian vient de confirmer la fermeture de la . C’est une triste nouvelle pour notre base aérienne qui fêtait cette année son centenaire. C’est une offense à celles et ceux qui ont inscrit leurs noms dans la mémoire de la , depuis Georges Guynemer jusqu’à Caroline Aigle, première femme pilote de chasse de l’Armée française.

Au-delà de la tristesse et du désastreux symbole d’une agglomération dijonnaise en panne, c’est à un véritable gâchis humain et financier que le gouvernement vient de donner son accord.

Gâchis financier dont le Commandement des forces aériennes est le symbole le plus évident. Installé en 2012 sur la BA 102 afin d’assurer la mise en condition opérationnelle de plus de 300 unités de l’armée de l’air, le CFA sera définitivement déplacé à Bordeaux à l’été 2015. Coût de l’opération : 20 millions d’euros.

Gâchis financier car la BA 102 représentait chaque année 40 millions d’euros injectés dans une économie locale qui va durablement en souffrir.

Gâchis financier car la fermeture de notre base aérienne entraînera en cascade la fermeture de PME employées en sous-traitance ; la mise sur le marché de logements qui trouveront difficilement repreneur faute d’emplois locaux ; une dégradation supplémentaire de l’attractivité de Dijon et de son agglomération.

Ce gâchis financier se double d’un gâchis humain puisque la fermeture de la BA 102 signifie la destruction de 2000 emplois directs, et le départ programmé de 5000 personnes en prenant en compte les familles de ces employés.

Circonstance aggravante, le dépeçage de la BA 102 dont l’impact sera dramatique a été décidé sans la moindre concertation des habitants et dans le silence assourdissant des élus de la majorité actuelle et de notre ministre du Travail. Un silence complice d’autant plus choquant que la France est actuellement engagée sur plusieurs fronts militaires.

Nous sommes profondément révoltés par cette décision de fermeture de notre base aérienne qui prouve une fois de plus, s’il était nécessaire, le mépris avec lequel le gouvernement et les élus de la majorité envisagent la survie de nos territoires et l’existence des hommes et des femmes qui les font vivre.”

Les commentaires sont clos.

  1. J’ai fait mon service à la BA102 et je suis déçu qu’elle disparaisse, mais les Dijonnais ont mis un socialiste à la tête de Dijon, et ont voté pour Hollande : qu’ils assument leur choix et qu’ils boivent le caalice jusqu’à la lie. je ne vais pas pleurer sur leur sort. D’ailleurs je ne vis plus dans cette région et je ne m’em porte que mieux… Au plaisir de 2017

    jubile le jeudi 16 octobre 2014 à 17h35