Rencontres cinématographiques : les 5 personnalités qui comptent

Photo Jonas Jacquel

Photo Jonas Jacquel

Les s’ouvrent du 16 au 18 octobre 2014. Plusieurs films seront projetés en avant-première, dont Timbuktu, d’Abderrahmane Sissako et The Search, de Michel Hazanavicius.

Mais surtout, de nombreuses tables rondes et débats seront organisés (ici le programme détaillé). 2014 est encore une année cruciale pour le cinéma : arrivée de Netflix dans le paysage français, exception culturelle, baisse des recettes d’exploitation…

Le Miroir dresse une galerie de portraits des 5 personnalités qu’il ne faudra pas manquer au Rencontres cinématographiques.

Abderrahmane Sissako, fenêtre sur politique

Avec son dernier film, Timbuktu (2014), il a secoué la Croisette cette année. Porté par une vision forcément politique de l’Afrique, le cinéaste justifie ses sujets à la fois humains et dans l’ère du temps : l’Afrique, c’est pour lui en termes de cinéma “un territoire presque désertique, du point de vue de son art. Quand il arrive à faire un film, il est envahi par le sujet, qui devient plus politique. C’est comme s’il devenait porte-parole.” Avec Timbuktu, il envoie le spectateur au Mali, au cœur d’une société régie par la police religieuse. A 53 ans, le mauritanien Abderrahmane Sissako est aujourd’hui un des rares cinéastes d’Afrique à avoir obtenu une reconnaissance internationale. Il sera président des rencontres.

Michel Hazanavicius, président en noir et blanc

Difficile d’être passé à côté du réalisateur français césarisé et oscarisé ces dernières années : avec The Artist, les deux volets d‘OSS 117 (la parodie de James Bond) ou mieux, Le Grand Détournement, ce parisien réalise une sorte de grand chelem du cinéma parodique en costume cravate et gomina. Michel Hazanavicius est le président de l’ARP (Société civile des Auteurs Réalisateurs et Producteurs), et sera accompagné de Pierre Lescure, président de la Mission Acte II de l’Exception culturelle (devenu président d’honneur) pour animer les débats.

Olivier Nakache et Eric Toledano, Intouchables

Binôme désormais incontournable du cinéma français depuis qu’il a réalisé Intouchables (2011), Nakache et Toledano seront présents sur le festival avec Samba. Ils signent à nouveau avec Omar Sy et renforcent le casting avec Tahar Rahim (Un Prophète). Passés maîtres dans l’art de faire d’une comédie sociale une oeuvre à la fois drôle et attachante, Olivier Nakache et Eric Toledano ont déjà remporté le cœur du public.

Costa-Gavras, disséquer le pouvoir

Le réalisateur franco-grec est l’une des personnalités les plus engagées du cinéma français. De Z, son premier succès, qui raconte l’assassinat du député Grigoris Lambrakis, le leader de la gauche grecques en 1963, au film Le Capital, avec Gad Elmaleh, Costa-Gavras décrypte le pouvoir, son exercice et ses dérives. Mobilisé pour la préservation de l’exception culturelle à son poste de président de la Cinémathèque française, le cinéaste multi-primé (prix du jury à Cannes, Oscar du meilleur film étranger pour Z) est un des porte-flambeau du cinéma engagé.

Janneke Slöetjes, le streaming qui fait trembler

Elle n’est pas une cinéaste mondialement reconnue, mais elle devrait attirer tout les regards lors des Rencontres cinématographiques de Dijon. Janneke Slöetjes est la directrice Europe de Netflix, le géant de la VOD (vidéo à la demande) américain qui vient de se lancer en France et bouleverse le paysage médiatique. En offrant un accès illimité à un immense catalogue de séries et de films en streaming pour un prix d’abonnement mensuel faible, Netflix s’attire les foudres d’une bonne partie des acteurs français de la vidéodiffusion bien installé et attise les curiosités médiatiques, au risque de décevoir si la sauce ne prend pas si bien que prévu.

[Edit 11h23] Michel Hazanavicius sera bien présent aux Rencontres cinématographiques pour présenter son nouveau film The Search]

Les commentaires sont clos.