Vous êtes plutôt Freddy K. ou Robocop ?

2014-10-freddy-griffes-nuit

Avec ce cycle Sale Bête et Méchant, le et Sparse.fr vous proposent de réviser 4 classiques du cinéma américain.

Gagnez vos places pour la soirée avec Freddy, jeudi 16 octobre, vous rendant ici !

Les Griffes de la Nuit (1983) : le jeudi 16 octobre à 20h30

Octobre, le 1er mois complet d’automne, le mois d’Halloween, où les nuits commencent à 18h et où l’on gagne une heure supplémentaire de sommeil… Quoi de mieux que de vous proposer le 1er volet des Griffes de la Nuit ? Grâce à l’un des maîtres de l’horreur, Wes Craven, vous allez (à nouveau) trembler dans ce premier cauchemar éveillé, poursuivi par l’ignoble et terrifiant Robert Englund, alias Freddy Krueger, le tueur à la main griffue et au vieux pull rayé. Et puis revoir Johnny Depp dans son premier rôle au cinéma, finir mangé par son lit, ça n’a pas de prix. Bon, après, vous ne viendrez pas vous plaindre si vous ne voulez plus vous endormir…

Robocop (1987) : le jeudi 22 janvier à 20h30

A nouveau un premier épisode d’une saga, mais sûrement l’unique qu’on retient. Paul Verhoeven bouscule le système hollywoodien avec ce film en apparence de SF, avec un justicier mi-homme, mi-machine. Sauf que ce film a marqué toute une génération par son explosion de violence sidérante, tellement exagérée, qu’elle en devient comique. Plus qu’un héros, le personnage de Robocop est un martyre, une sorte de Christ cyborg typiquement américain. Se souvenir de l’homme qu’il était sera sa mission la plus difficile. Verhoeven met à mal le film d’action pur en proposant plutôt une virulente satire du système économique de Reagan. Robocop reste le succès surprise de la fin des années 80. Il deviendra paradoxalement un personnage iconique, dérivé en jouets et jeux vidéos. La petite anecdote : Arnold Schwarzeneger, déjà habitué aux rôles de robot dans Terminator, avait été envisagé pour le rôle mais il ressemblait au bonhomme Michelin avec l’armure robotique. Il tiendra finalement le rôle principal dans le film suivant de Verhoeven, Total Recall.

Les commentaires sont clos.