Le CHU de Dijon handicapé par son parking, selon le sénateur Alain Houpert

, sénateur de la Côte-d’Or, réagit au passage payant du parking de l’hôpital public du Bocage, à Dijon. Il soutient l’initiative des manifestants CGT qui multiplient les actions sur le parking : “Je comprends les raisons de l’exaspération et de leur colère”.  Selon le sénateur cette mesure (coutant un euro par heure au visiteur) met en danger le service de soins. Il dénonce en outre collusion, mauvaise gestion du patrimoine immobilier, des recrutements inopportuns ainsi que des dépassements budgétaires.

Lire ici le communiqué :

Depuis ce matin, le parking du est payant pour les patients et les visiteurs qui doivent s’acquitter d’un euro par heure de stationnement. Cette mesure, décidée par la nouvelle direction du Centre Hospitalier Universitaire, suscite l’incompréhension des usagers et la colère des personnels. Le syndicat CGT a quant à lui organisé depuis 6 heures du matin des actions sur le parking du CHU.

Certes, si je ne peux m’associer au choix de recourir à des actions qui perturbent encore davantage les patients et leurs familles dans des moments parfois très douloureux, je comprends les raisons de l’exaspération et de leur colère. Médecin radiologue de formation, ayant fait toutes mes études au CHU de Dijon, je suis attristé par la mauvaise gestion de cet établissement parmi les plus endettés de France, affichant un déficit de 48 millions d’euros – malgré le soutien financier de l’Agence régionale de Santé qui a débloqué pas moins de 12 millions d’euros en 2013 – qui met en danger un service de soins au demeurant exemplaire, assuré par du personnel de santé expérimenté et dévoué.

Cette situation catastrophique est due à plusieurs facteurs :

– des problèmes de gestion liés à collusion entre responsables administratifs et président du Conseil de surveillance;

– une mauvaise gestion du patrimoine immobilier relevé par un rapport de l’IGAS (inspection générale des affaires sociales);

– une baisse de l’activité, des projets immobiliers majoritairement financés par l’emprunt contribuant à une dégradation de l’équilibre financier;

– des dépassements budgétaires imputables aux conditions de passation des marchés de travaux;

– des recrutements inopportuns lors du transfert de l’hôpital général sur le site du Bocage.

Toutes ces conditions qui handicapent gravement les perspectives de développement et d’équilibre du CHU doivent bien entendu être réellement prises en compte par la direction qui se doit de trouver des solutions mais qui démontre, par cette décision de ponctionner les patients et leurs proches, qu’elle n’est pas en capacité de prendre de réelles décisions, n’hésitant pas à manquer très gravement à l’éthique et au respect que nous devons aux patients et à leurs familles.

En tant que parlementaire, mais aussi comme praticien et ancien élève fier de ma formation au Centre Hospitalier Universitaire de Dijon, je ne peux cautionner une telle mesure, dérisoire sur un plan financier, mais réellement déplorable pour la notion de Service Public d’un CHU qui doit avant tout être un lieu d’accueil et de soins pour des patients qui doivent être considérés comme tels et non être envisagés comme des pourvoyeurs de fonds.

Les commentaires sont clos.

  1. Le nouvel Hôpital de Metz(hôpital Mercy) à son parking payant pour tous les malades mais en plus des escaliers à monter. L’ascenceur est régulièrement en panne.Comment faire pour les personnes à mobilité réduite?

    Ruze le mardi 7 octobre 2014 à 9h29

  2. pour la gestion il peux parler payer le stationnement mets en danger les soins il est vrais que quand c est gratuits on est mieux soigner parole de médecin

    wad le jeudi 9 octobre 2014 à 7h22