Interview de François Rebsamen : le Miroir vous explique tout

Photo Jonas Jacquel

Photo Jonas Jacquel

La rédaction du Miroir a passé une drôle de journée ce vendredi 3 octobre 2014. Comme l’ont souligné de nombreux médias nationaux, l’interview de publiée à 7 heures du matin a été retiré du site en milieu de matinée.  Nous avons choisi de republier cette interview ce matin. Nous vous devons quelques explications.

Emballement médiatique : Retour sur la journée

[Au cours de l’été (le 7 juillet, avec une relance le 18 août), nous avons fait une demande d’interview auprès du cabinet du ministre du Travail. Nous précisons dans nos échanges de mails que nous avions l’intention de publier un article sur la vie au ministère et les dossiers du moment sur miroir-mag.fr puis un reportage plus complet dans notre prochain magazine mensuel.]

Vendredi 3 octobre 2014, au matin, nous avons publié l’article sur le site internet à 7 heures, comme nous le faisons quotidiennement avec nos lecteurs, loin d’imaginer le tollé médiatique qu’il allait provoquer. A 10h30, le cabinet de François Rebsamen a appelé le rédacteur en chef du Miroir, Jérémie Lorand, jugeant l’interview “catastrophique pour l’image du ministre”. La rédaction du Miroir a été surprise, puisque que François Rebsamen et Marie D’Ouince, sa conseillère spéciale, avaient partagé un peu plus tôt, l’article via leur compte Twitter dans le courant de la matinée, le cautionnant indirectement.

Afin d’être conciliant, la rédaction a accepté de dépublier momentanément l’article, le temps de régler un éventuel quiproquo avec le cabinet du ministre. Exceptionnellement, nous avons accepté le principe de modifier quelques tournures de phrases, sous réserve, mais en guise de bonne foi, ce que Marie d’Ouince a refusé. Dépublication ou rien.

Entre temps, les réseaux sociaux se sont emballés et des dizaines de médias nationaux ont publié des articles pour signaler la disparition de l’interview de François Rebsamen. Dépassés par le nombre de demandes d’interview et l’effervescence médiatique, nous avons choisi de stopper toute communication et de suspendre la reparution de l’interview. En fin de journée, nous avons souhaité faire le point avec François Rebsamen, à l’occasion de sa visite à Dijon. Ce dernier a refusé.

Dans plusieurs articles et sur Twitter, Marie D’Ouince nous a reproché de l’avoir trompée en cachant notre intention de réaliser une interview de François Rebsamen. Marie D’Ouince a déclaré qu’une interview consistait en une “question, réponse puis relecture”. Or, nous n’avons pas fait relire l’article au cabinet du ministre – conformément aux pratiques habituelles et à la déontologie du métier.

Ce matin, le Miroir choisit de republier l’interview de François Rebsamen. Nous n’avons pas été déloyaux, puisqu’il était prévu que l’on réalise, en s’installant autour d’une table avec François Rebsamen, micro en main, questions et relances à l’appui, une interview, et non pas “une discussion à bâtons rompus”. L’interview publiée sur miroir-mag.fr est d’ailleurs une retranscription scrupuleuse de l’enregistrement audio de l’entretien que nous avons eu avec François Rebsamen, en présence même de sa conseillère.

Nous choisissons de republier cette interview car en dehors des quelques phrases “chocs” retenues par les médias nationaux, nous la jugeons constructive, pertinente pour nos lecteurs, sans langue de bois et honnête.

Les commentaires sont clos.

  1. Il est tout de même très étonnant que le lobby financier arrive à faire croire aux gens que la crise serait due aux smic qui serait trop élevé, aux allocations aux familles , aux chômeurs etc… C’est un délire . La vérité c’est que la crise est due aux dérives de la finance dérégulée qui ne fait plus que spéculer :plus de 100 milliards par an de fraude fiscale , plus de 30 milliards de fraude à la TVA. Et pour faire revenir l’argent vers les entreprises il faut lutter contre la spéculation en interdisant les produits qui n’ont rien à voir du tout avec l’économie « réelle »la seule en fait ; interdisons le high frequency trading, les CDS, les effets de leviers délirant (jusqu’à x100!) les LBO les PPP et fermons les « paradis fiscaux » par une loi d’une ligne : interdiction de toute transaction avec eux sous peine de retrait des licences bancaires.(proposition de Merkel en 2008) L’économie réelle c’est 1% à 3% par an pas par ….. jour . 60 000 milliards nous attendent dans les « paradis » prenons tout ! Personne ne pleurera sur des tricheurs , personne….

    walter le samedi 4 octobre 2014 à 8h30

  2. Cher Rédaction du Miroir, je dois avouer que je n’avais jamais entendu parlé de vous! Bravo pour la re-publication de l’article malgré les pressions – Marie D’Ouince jamais entendu parlé, mais peut être faut-il aller creuser pour voir qui est cette personne?-. Le seul regret pour moi qui ai grandi avec le NYT, pourquoi diable l’avez-vous d’abord retiré ? Un journaliste doit toujours faire une interview avec un enregistrement, vous l’avez fait donc vous pouviez si besoin était moucher vos contradicteurs.

    Jean Lortet le samedi 4 octobre 2014 à 9h30

  3. Bon courage pour l’équipe du Miroir, ne vous laissez pas intimider par les pressions exercé par Matignon qui n’a absolument rien à exiger de vous. François Rebsamen reste maître de ses propos et il se doit de les assumer jusqu’au bout, il aurait été honnête de sa part qu’il puisse s’expliquer avec la rédaction du Miroir où, tout du moins, qu’il fasse un communiqué expliquant son point de vu.
    Vous avez très certainement passé une rude journée hier mais ne vous laissez pas abattre, c’est le signe que vous faite du bon boulot!
    Aller courage le Miroir!
    Romain J.

    Romain J le samedi 4 octobre 2014 à 9h41

  4. Bravo le Miroir. Ou Rebs sucre les fraises, ou, avec son cabinet, ils sont dans l’impro totale. Ou les 2. Bref, pas tres rassurant ni sur le plan politique ni sur le plan democratique.

    Ducolf le samedi 4 octobre 2014 à 15h25

  5. BIEN BIEN

    Dijon Autrement le samedi 4 octobre 2014 à 17h17

  6. Ouf, les choses se remettent à l’endroit, bravo !

    Papou le samedi 4 octobre 2014 à 17h56

  7. Une belle expérience, dont vous vous souviendrez toute votre vie! 🙂

    CamilleG le samedi 4 octobre 2014 à 21h13

  8. Quant on fait son métier avec droiture, courageusement, il ne faut jamais tra

    PEF le dimanche 5 octobre 2014 à 9h51

  9. Indépendante la presse ?
    Le miroir vient de démontrer l’inverse et ce ne sont pas ses allegations de faux-cul invoquant la ” l’esprit de conciliation” qui vont le démentir !
    Seules les réactions en chaine l’ont contraint a le republier !
    Du journaliste “a la botte” peu glorieux …….

    macadamCB le dimanche 5 octobre 2014 à 10h24

  10. @walter : la “crise” ce sont les politiques qui la créent et eux seuls par leur gestion calamiteuse , confiscatoire et sectaire !

    macadamCB le dimanche 5 octobre 2014 à 10h27

  11. Bonjour,
    Pour faire taire tout ce remue-méninges politico-médiatique qui ne grandit personne, qu’attendez-vous pour publier in extenso en audio l’interview enregistrée ?
    De deux choses l’une : soit elle est bidonnée et cela entache un métier souvent déconsidéré, soit elle est scrupuleusement fidèle et vous confirmez ce que François Rebsamen déclarait déjà en partie sur l’antenne de France 3 il y a quelques semaines.
    Pour faire taire toute suspicion éventuelle, faites venir un huissier pendant le retranscription et tout sera enfin clair.
    Agence de presse Traces Ecrites

    Didier Hugue le dimanche 5 octobre 2014 à 11h43

  12. He ben…
    Pas cool, ça coince avec Marie d’Ouince.
    (facile)

    Phil le dimanche 5 octobre 2014 à 19h11

  13. Vous avez donc réparé l’anomalie qu’était la dépublication de l’interview. Du reste, vos explications n’arrivent pas à justifier votre première décision. Si donc vous n’aviez rien à vous reprocher et que vous disposiez des éléments permettant d’attester que votre retranscription a été fidèle aux propos tenus, pourquoi vouloir être “conciliants” ? Pourquoi proposer d’édulcorer le verbatim en revoyant certaines tournures de phrases ?

    Pierre Donard le dimanche 5 octobre 2014 à 20h04

  14. Je me demande pourquoi le BP a volé au secours du ministre du travail. Monsieur Rebsamen est assez grand pour se débrouiller tout seul. A moins que …

    Maman le dimanche 5 octobre 2014 à 20h21

  15. Rebs : des pratiques quasi mafieuses ?

    Jean le jeudi 9 octobre 2014 à 0h45

  16. François Rebsamen et Marie D’Ouince n’ont peut être pas utilisez tous leurs crédits formations que leurs permettent leur profession respective. si la politique était du bénévolat, on leur pardonnerait bien autour d’une bonne table à la cité Gastronomique.

    Paule Emploi le jeudi 9 octobre 2014 à 22h47

  17. tout ça pour ça! Non mais c’est pas comme si vous expliquiez que les dijonnais avaient payé ses restos, ses détartrages de dents, ses factures de tel, etc. Tout ça ne serait que pure calomnies et diffamation. Jamais un ministre du travail plein de bonnes résolutions comme il aurait pu l’expliquer a des ex-salariés d’une entreprise en périodes électorales. Non, non là ce n’est rien, pas de quoi s’affoler. notre ministre est bon et droit, et a rendu sa ville prospère et promu a un bel avenir qui soutient tt le monde grâce a son crédit municipal.

    Paule y Tique le jeudi 9 octobre 2014 à 23h00