Suppression du contrat vendanges : Pour François Patriat (PS), il ne faut pas “le sacrifier sur l’autel des économies budgétaires”

, président du conseil régional de Bourgogne et co-président de l’Association nationale des élus de la vigne et du vin exprime sa “plus grande réserve” face au projet du gouvernement de supprimer le . “Si cette mesure devait voir le jour, elle serait doublement négative pour l’emploi en Bourgogne”

Lire le communiqué ci-dessous.

“J’exprime la plus grande réserve face au projet du gouvernement de supprimer le « contrat vendanges » qui permet notamment de valoriser le salaire net par une exonération de cotisation et de faciliter ainsi l’embauche de vendangeurs. Ce contrat cumulable avec un autre emploi, permet à de nombreux salariés de bénéficier d’un complément de revenu non négligeable au moment de la rentrée.

Si cette mesure devait voir le jour, elle serait doublement négative pour l’emploi en Bourgogne – où 35.000 personnes œuvrent à la récolte du raisin – et pour le développement de la filière viti-vinicole qui représente 1,5 milliard d’euros de chiffre d’affaires.

Il est indispensable de maintenir le « contrat vendanges » et de ne pas le sacrifier sur l’autel des économies budgétaires, alors que l’action du gouvernement est toute entière tournée vers la lutte contre le chômage, la défense du pouvoir d’achat et la préservation de notre compétitivité. “

Les commentaires sont clos.