La Confédération des appellations et des vignerons de Bourgogne veut sauver le contrat vendanges

La appelle le gouvernement et les élus à maintenir le contrat-vendanges, une forme de contrat saisonnier.

Lire le communiqué ci-dessous.

La CAVB tient à rappeler son attachement au « contrat-vendanges » et a appelé le gouvernement et les élus à le maintenir et le défendre. Crée à l’initiative de la filière il y a plus de dix ans, ce contrat, qui a prouvé son utilité pour l’emploi, serait aujourd’hui menacé selon le journal Les Echos du 10 septembre 2014.

C’est une nouvelle qui fait grand bruit en pleine période des vendanges. Selon le quotidien, le gouvernement s’apprêterait à supprimer le contrat vendanges dans le cadre du prochain plan d’économies, qui prévoit 21 milliards d’euros de baisse des dépenses l’an prochain. Cette forme de contrat saisonnier à durée déterminée a été crée il ya 10 ans sur l’initiative de la CNAOC et de ses fédérations régionales. Il s’adapte aux spécificités des travaux de vendanges : durée d’embauche maximale d’un mois, exonération de la part salariale des cotisations d’assurance sociale, possibilité pour les personnes déjà salariées de travailler sous contrat-vendanges pendant leurs congés payés etc. Autant d’atouts qui ont facilité, chaque année, pour de nombreux vignerons le recrutement de plus de 300 000 vendangeurs (35 000 en bourgogne). Les pouvoirs publics auraient décidé de supprimer les exonérations de charges salariales, soit en terme plus clair de supprimer le principal atout du contrat vendanges, qui permet d’augmenter le salaire net perçu par le vendangeur.

« Cette décision, si elle est avérée, est complètement insensée. Elle va contre l’emploi ! » s’insurge Jean-Michel Aubinel, président de la CAVB. « Avec l’augmentation des charges salariales, il sera de plus en plus difficile de recruter des saisonniers avec des salaires attractifs. De nombreux vignerons abandonneront les vendanges manuelles au profit des récoltes mécaniques ! » Mais les premières conséquences seront surtout pour les vendangeurs. Pour de nombreux saisonniers, les vendanges sont une source de revenus importante. La suppression du contrat vendanges aura pour conséquence une diminution de leur pouvoir d’achat. La CAVB a d’ores et déjà engagé une campagne de sensibilisation des élus dans l’objectif de dissuader le gouvernement de prendre cette décision et, dans le cas ou il la proposerait effectivement, de s’y opposer.

Les chiffres du contrat vendanges

  • Environ 300 000 contrats vendanges sont signés chaque année lors des vendanges
  • Dans la viticulture, 64 % des contrats saisonniers sont des contrats vendanges (Insee)
  • 37 % des contrats vendanges sont mieux rémunérés que la moyenne des contrats saisonniers (Insee)”

Les commentaires sont clos.