Dette toxique : l’Etat du côté des banques

Emprunts toxiques : l’État préfère défendre les banques plutôt que les collectivités flouées

Le scandale des dettes toxiques continue. Plusieurs collectivités se retournent contre les banques qui ont leur vendu des prêts toxiques. Près de la moitié de la dette de Dijon, par exemple, est toxique. Pendant la campagne des Municipales, François Rebsamen a déclaré dans une interview au Miroir Mag et Radio Campus que Dijon avait porté plainte contre Dexia. Mais le 1er août 2014, le gouvernement a fait passer un décret qui légalise a posteriori ces prêts. Depuis le démantèlement de , c’est l’Etat qui doit assurer le risque bancaire. En empêchant les collectivités de se retourner contre ces prêts frauduleux, l’Etat protège ses finances mais laisse les municipalités flouées dans la panade.

Repéré par

Les commentaires sont clos.