La société dijonnaise Cen Nutriment devient actionnaire d’une entreprise Sud-Coréenne

Après avoir signé un accord visant à développer un sel dont le “pouvoir hypertenseur est diminué”, les entreprises CEN NUTRIMENT (implantée à Dijon), HAN BIOTECH GmbH (société allemande) et BIOTECH CO.LTD (société Sud-Coréenne) attendent l’approbation de différentes agences de santé afin d’obtenir l’autorisation de distribuer le produit dans plusieurs pays. Les entreprises française et allemande ont alors décidé de devenir actionnaire de la société Sud-Coréenne afin de renforcer l’investissement dans le développement du produit. Les retombées économiques pourraient être considérables pour la ville de Dijon puisqu’un centre de recherche ainsi que le siège des unités de productions y seraient implantées.

Lire le communiqué ci-dessous :

CEN NUTRIMENT devient actionnaire d’une société
de biotechnologie agroalimentaire Sud-Coréenne

Un sel donnant moins d’Hypertension
Il y a quelques mois, un accord a été signé à Dijon entre la société CEN NUTRIMENT dirigé par le Pr. François-André ALLAERT, la société allemande HAN BIOTECH GmbH et la société sud-coréenne BIOTECH CO.LTD pour le développement d’un sel dont le pouvoir hypertenseur est diminué par la conjonction avec de la chitine issue de la coquille de crabe. Une étude répondant aux plus hauts critères de qualité, présentée dans les plus importants congrès internationaux et publiés dans la revue « international Angiology » a montré que l’utilisation de ce sel modié à la place du sel normal, et dans le cadre bien sûr d’une réduction de la quantité de sel ingérée, permettait d’obtenir une meilleure réduction de l’hypertension présentée par les patients. L’avantage est que le sel utilisé est le sel NaCl habituel c’est-à-dire celui dit « de cuisine » que l’on utilise au quotidien et non pas des substituts de sel dont le goût est souvent loin d’être parfait ou des sels de potassium qui peuvent présenter des risques non négligeables, notamment chez les personnes âgées alors même que c’est avec l’âge que l’hypertension s’accroît.
Le dossier est actuellement examiné par l’agence Européenne de sécurité des aliments (EFSA) afin d’obtenir une allégation de santé et a été déposé à Santé Canada pour obtenir l’autorisation de distribution dans ce pays voire ensuite sur les Etats Unis. Il est déjà enregistré en Belgique comme complément alimentaire. La principale diculté rencontrée a été « l’inertie de l’administration française » qui au bout de nombreux mois n’avait toujours pas transmis le dossier à l’EFSA et c’est finalement l’administration allemande qui a fini par envoyer le dossier à l’Europe…

Cen Nutriment devient actionnaire de la société Sud coréenne détentrice des brevets
Fort du succès de ces premiers travaux et confiant dans les enregistrements des dossiers dans les différents pays, CEN NUTRIMENT a passé un accord avec la société Allemande HAN BIOTECH Gmbh et se sont portés acquéreurs à parts égales du tiers de la société Sud Coréenne et vont renforcer leurs investissements dans le domaine de la validation scientifique et médicale du produit. Le contrat de cession et d’association a été signé à Dijon durant l’été.

Des enjeux majeurs pour CEN NUTRIMENT mais aussi pour Dijon
Les enjeux économiques sont importants car sous réserve de l’obtention d’une allégation de santé le marché est extrêmement important puisque tout le monde mange du sel tous les jours. Cet enjeu ne porte pas que sur le sel de table mais a terme sur tout le sel utilisé dans la panification, la charcuterie ou les plats cuisinés. Bien sûr, il faut réduire la quantité de sel consommée chaque jour pour prévenir l’hypertension mais pour ce qui concerne le sel restant, celui qui donne du goût aux aliments et du sel à la vie, autant utilisé celui dont le pouvoir hypertenseur aura été diminué. C’est un marché de plusieurs centaines de tonnes par jour rien qu’en Europe… Pour approvisionner ce marché, il sera alors nécessaire de créer une usine en France dont l’unité de production serait bien sur au bord de la mer mais dont le siège serait lui à Dijon. Ceci pourrait également aboutir à un centre de recherche dédié au sel à Dijon.”

Les commentaires sont clos.