Sénatoriales 2014 : Alain Houpert (UMP) veut préparer l’alternance

2014-09-houpert-raffarin-senat-JJ-miroir-12

Alors qu’il doit faire face à une dissidence dans son propre camp, le sénateur UMP sortant a décidé de montrer ses forces. Il invitait l’ancien Premier ministre , lundi 8 septembre. Entre réforme territoriale et nécessité d’alternance, les deux élus ont affuté leur argumentaire.

Alain Houpert dévoile sa liste

Une réunion publique pour les sénatoriales, ce n’est pas commun. La plupart des candidats sillonnent le département à la recherche de quelques voix qui pourraient faire basculer le scrutin. Mais à trois semaines du vote, les choses se précisent. “À 16 heures, j’ai déposé ma liste”, rassure Alain Houpert. “Nous sommes donc officiellement dans la course”. Sauf que dans cette course, dont le final se jouera le 28 septembre 2014, il ne va pas uniquement devoir affronter le parti socialiste ou le front national, mais bien une seconde liste UMP, menée par le maire de Talant, Gilbert Menut.

Jean-Pierre Raffarin, ancien Premier ministre et Alain Houpert, sénateur UMP sortant | Photo Jonas Jacquel

Jean-Pierre Raffarin, ancien Premier ministre et Alain Houpert, sénateur UMP sortant | Photo Jonas Jacquel

“Jamais la division ne nous a fait gagner”, prévient-il. “Avec la proportionnelle, François Patriat (PS) et moi-même sommes assurés de retourner au palais du Luxembourg, je me bats pour qu’Anne Catherine Loisier soit sénatrice de la Côte-d’Or. Ceux qui entendent lui barrer la route ne font pas honneur à notre famille politique, celle qui a donné le droit de vote aux femmes. Pire, ils font le jeu de la gauche et le lit du Front national”. En plus de la maire de Saulieu, on retrouve derrière lui Alain Cartron, maire de Nuits-Saint-Georges, Edwige Guegan, première adjointe à Étrochey et Nicolas Urbano, maire de Fontaine-Française.

Ce dernier n’y va d’ailleurs pas par quatre chemins et tacle à plusieurs reprises : “Monsieur Hollande et Monsieur Patriat, qui lui aussi vote les lois : Les gens en ont ras le bol. Il faut un contre-pouvoir au gouvernement qui est en train d’asphyxier la France”. Pour la première fois, l’élection se fera selon les règles du scrutin proportionnel. Alors qu’il était possible de “panacher” les bulletins jusqu’au dernier renouvellement, le faire fin septembre rendra le bulletin nul.

Jean-Pierre Raffarin, ancien Premier ministre | Photo Jonas Jacquel

Jean-Pierre Raffarin, ancien Premier ministre | Photo Jonas Jacquel

“Mes colistiers sont libres, ils n’appartiennent à personne et incarnent des projets, des compétences et la proximité sur leur territoire”, ajoute Alain Houpert. Jean-Pierre Raffarin lui emboite le pas voyant bien deux, voire même trois sénateurs issus de la liste de la droite et du centre. Pour convaincre, il évoquera très largement la réforme territoriale appelant de ses vœux à une réforme territoriale “plus raisonnée”, en évitant de précipiter les fusions des régions, mais surtout en sanctuarisant le département.

Deux députés… au minimum ?

Le gouvernement ne se fait que peu d’illusion sur l’issu du scrutin. Au lendemain des élections municipales, François Rebsamen, à l’époque encore maire de Dijon, prévoyait déjà la bascule de la haute chambre. La droite compte obtenir une dizaine de sièges d’avance sur la gauche, actuellement majoritaire de 6 sièges seulement. “Nous ne sommes pas écoutés, car le Sénat ne fait pas son travail. Il ne défend pas les territoires. Lorsque Nicolas Sarkozy a souhaité augmenter la TVA sur les parcs à thème, je lui ai fait le cirque. Je défendais mon territoire, où de nombreuses familles en difficultés ne vont pas en vacances, mais préfèrent aller au Futuroscope”.

Pour l’ancien premier ministre, le statut de sénateur est en constante évolution : “Nous sommes désormais des sénateurs-entrepreneurs, porteurs de projet, avec une vision managériale, de promotion du territoire”. La plupart du temps rural à en croire Jean-Pierre Raffarin. Pas question cependant d’opposer les deux pour Alain Houpert qui revendique aussi bien sa casquette rurale qu’urbaine, en qualité de conseiller municipal de Dijon.

Jean-Pierre Raffarin, ancien Premier ministre et Alain Houpert, sénateur UMP sortant | Photo Jonas Jacquel

Jean-Pierre Raffarin, ancien Premier ministre et Alain Houpert, sénateur UMP sortant | Photo Jonas Jacquel

“Les sénateurs ne sont pas des nerveux, ils ne sont pas dans la bataille et savent voter un texte lorsqu’il est bien, même s’il est proposé par un autre parti. Ils savent cependant donner des calottes de temps en temps”, rassure Jean-Pierre Raffarin. “Quand ça chauffe un peu trop, le Sénat sait où il va. On peut être ferme et rond à la fois”. Comprenez par là que ce renouvellement de la moitié des sièges est une première étape pour l’UMP. Celle qui devrait permettre de conquérir ensuite le pouvoir. “Il faut préparer l’alternance dès maintenant afin de permettre au futur Président de la République de faire des réformes conséquentes dans les six premiers mois du mandat”. Des textes qui, selon lui, seront préparés au palais du Luxembourg dès le 28 septembre.

Les commentaires sont clos.

  1. Je trouve que Mr Raffarin a des petits airs de DSK, sur la photo!!

    CamilleG le mardi 9 septembre 2014 à 8h56

  2. Le pouvoir est une drogue… et l’organisation verrouillée de notre système par tous les partis (désignation des candidats les oblige, en fait des vassaux) a permis la constitution d’une caste, inamovible,qui se reproduit, chaque fois un peu plus éloignée de la vie réelle. Le citoyen n’est reconnu et courtisé qu’à chaque veille d’élection, considéré comme trop bête pour régler ses propres problèmes. Système infantilisant, avec des médias consentants ou complices. Pas grand rapport, sinon formel, avec la notion de démocratie telle qu’elle est pratiquée outre-Atlantique, dans les pays scandinaves, en Suisse, ou en Belgique, même !

    andorcet le mardi 9 septembre 2014 à 9h13

  3. VIVEMENT LA SEPTIèME RéPUBLIQUE! M’enfin!

    Dijon Autrement le jeudi 11 septembre 2014 à 18h41

  4. Qu’il commence donc à faire son job de sénateur ! Le moins assidu (ô combien !) le moins actif, aussi. Pitoyable.

    andorcet le vendredi 12 septembre 2014 à 9h58

  5. Avec M Raffarin, il est urgent d’attendre sur la réforme des collectivités, même s’il convenait de longue date qu’elle était nécessaire. Beau courage politique !

    M Raffarin qui appelle au retour du messie Sarkozy !! appelle aussi au maintien de M Houpert, un sénateur qui compte parmi ceux qui bloquent les projets de loi devant nous préserver des OGM agroalimentaires.

    Grotesque l’exemple de JP Raffarin combattant la hausse de TVA sur les parcs à thèmes, par le seul fait qu’il a dans sa région poitevine le Futuroscope”, démonstration s’il en était besoin que nos élus réagissent selon leurs intérêts directs.

    Yop ! le mardi 16 septembre 2014 à 0h26

  6. Domage que mr raffarin n est pas gagne peu etre a cause qu il soutient mr Sarkozy mais bon c est comme ca

    titi le vendredi 10 octobre 2014 à 23h59