Saône-et-Loire : l’Agence Régionale de Santé et les pharmaciens libéraux lancent une campagne de dépistage du diabète

Juqu’au 4 octobre dans plus de 90 pharmacies de Saône-et-Loire, des dépistages du diabète auront lieu anonymement et gratuitement. Il s’agit d’une “action expérimentale” visant à dépister le plus possible de personnes sachant qu’environ 1% de la population serait atteinte du diabète sans le savoir.

Lire le communiqué ci-dessous.

“Près de 1% de la population française souffre de diabète sans le savoir. L’Agence Régionale de Santé et l’URPS (*) pharmaciens libéraux de Bourgogne, mettent en place une action expérimentale de dépistage anonyme et gratuit du diabète de type II dans les officines de Saône-et-Loire.

Chaque année dans la région, 1 100 personnes décèdent des suites d’un diabète. L’ARS Bourgogne a fait de l’amélioration du parcours des patients atteints de cette maladie chronique, une priorité majeure de son action.

En partenariat avec l’URPS (*) pharmaciens libéraux de Bourgogne, elle lance une campagne expérimentale de dépistage anonyme et gratuit dans les officines du territoire pilote de Saône-et Loire.

Cette campagne se déroule du 8 septembre au 4 octobre 2014.

Plus de 90 pharmacies se sont portées volontaires pour relayer l’initiative qui reçoit également le soutien de l’URPS médecins libéraux de Bourgogne, de l’Assurance maladie, la Mutualité Française Bourgogne et de l’Association des diabétiques de Bourgogne.

Du fait de sa proximité quotidienne avec de nombreux patients, le pharmacien est un acteur de santé essentiel pour relayer ce type d’opération de prévention.

Le déroulement du dépistage

Le professionnel proposera au public de répondre à un quizz de 9 questions simples en lien avec les facteurs de risques et lui indiquera si un dépistage est justifié, ou pas. Ce dépistage consiste en un test de glycémie capillaire simple et rapide (une goutte de sang prélevée au bout du doigt). Selon les résultats, le pharmacien invitera la personne à prendre contact avec son médecin traitant pour établir le diagnostic.

Durant la campagne, des représentants de l’Association des diabétiques de Bourgogne seront présents dans certaines officines.

Le financement de l’action
Cette initiative bénéficie du financement du Fonds d’Intervention Régional (FIR), enveloppe
dont dispose l’ARS pour adapter ses actions en faveur de la santé aux besoins spécifiques
de la région.

La somme de 60 000 euros allouée à ce projet doit permettre la réalisation d’un maximum de tests dans les pharmacies engagées.
L’Observatoire Régional de la Santé (ORS) de Bourgogne est chargé de l’évaluation des résultats, prévue en fin d’année.

A terme, l’action pourra être étendue aux autres départements de la région.

*URPS : Union Régionale des Professionnels de Santé.

Le diabète
Le diabète est une pathologie chronique qui demande une prise en charge adaptée tout au long de la vie.
– Le diabète de type I apparaît généralement chez le sujet jeune. Il est dû à une maladie auto-immune du pancréas.
– Favorisé par une mauvaise hygiène de vie (alimentation, insuffisance d’exercice physique), le diabète de type II (90 à 95% des cas) ne donne pas de symptômes d’alerte et peut évoluer longtemps à bas bruit avant d’être détecté.

On estime que près de 1% de la population française souffre de diabète de type II sans le savoir. Pour le seul département de la Saône-et-Loire, ce pourcentage représente 5 000 personnes. Ce retard de diagnostic est en grande partie responsable de complications cardio-vasculaires (infarctus du myocarde, artérite), ophtalmologiques (rétinopathie, cécité), rénales, podologiques, dentaires…

Quinze axes de progrès
Dépister le diabète le plus précocement possible constitue donc un véritable défi. C’est celui qu’entend relever l’ARS Bourgogne en regroupant acteurs et professionnels de santé, mais aussi représentants des patients dans une « démarche parcours ».

Objectif : placer les patients au coeur de la démarche pour qu’ils reçoivent les bons soins, par les bons professionnels, au bon moment.

Plus de quinze axes de progrès ont ainsi été identifiés par les partenaires mobilisés (insuffisance d’accès au dépistage, couverture incomplète ou inégale de la région pour l’éducation thérapeutique, accompagnement au long cours insuffisant pour les patients et leur entourage…)

La démarche s’organise au sein de 4 groupes de travail :

Groupe 1 : Modalités de détection et de dépistage sur le long terme.
Groupe 2 : Formation des professionnels de santé, information et éducation thérapeutique des patients (pour les rendre acteurs de leur prise en charge).
Groupe 3 : Accompagnement du patient dans des zones déficitaires en professionnels de santé.
Groupe 4 : Exercice physique.

Les autres actions du « parcours diabète »
En 2014, le groupe de travail constitué de professionnels de santé, usagers et représentants de patients, ainsi que de professionnels de l’ARS, a aussi engagé la démarche de soutien à l’activité physique des patients.
L’activité physique est le moyen le plus efficace de réduire les glycémies trop élevées et constitue un élément majeur du traitement du diabète.

L’offre d’exercice physique adapté aux personnes présentant une pathologie chronique étant restreinte, en particulier en milieu rural, une expérimentation d’exercice physique sous la responsabilité d’un animateur formé doit être engagée avant la fin de l’année avec une maison de santé pluridisciplinaire du sud-ouest de la Saône et Loire, en collaboration avec la municipalité correspondante.”

Les commentaires sont clos.

  1. IL est bien dommage que l’on ne trouve pas la liste des 90 pharmacies
    sur internet j’habite à la campagne et ne sais pas où se trouve la pharmacie la plus proche qui permet ce test.Cordialement

    descombes le jeudi 25 septembre 2014 à 8h46