Sénatoriales : Isabelle Maire du Poset présente une liste Debout la République en Côte-d’Or

Isabelle Maire du Poset du parti Debout la République dénonce l'”imposture” du candidat aux sénatoriales UMP-UDI Gilbert Menut qui a déclaré s’opposer à la réforme territoriale, contrairement à la ligne officielle de son propre parti. Afin de revendiquer un autre modèle d’organisation territoriale en faveur des communes et départements, la secrétaire départementale de Côte d’Or et conseillère municipale de Talant présentera une liste Debout la République en vue des sénatoriales.

Lire le communiqué ci-dessous :

Debout La République dénonce les propos de Gilbert Menut et de ses colistiers qui s’opposent à la réforme territoriale et se posent en défenseurs des zones rurales alors qu’ils sont membres de l’UMP et de l’UDI. (Le Bien Public du 3 septembre 2014)

Quelle imposture ! Faut-il leur rappeler que les partis auxquels ils appartiennent sont favorables à la disparition des  départements et à la limitation de la liberté communale.

En effet, le 4 juin dernier, Alain Juppé écrivait sur son blog : « Tous ceux qui, comme moi, pensent depuis longtemps que notre organisation territoriale doit être simplifiée et qu’il faut passer d’un millefeuille à 4 couches (communes, inter-communalités, départements, régions) à 2 niveaux d’administration (bloc intercommunal/régions) approuvent la direction prise. » On ne peut être plus clair !

François Fillon déclarait le 14 mai 2014 «Je l’ai proposée dans un discours à l’Assemblée, je l’ai écrit, je suis pour la disparition des départements, leur fusion dans les régions ».

Yves Jego, président par intérim de l’UDI a annoncé soutenir la réforme territoriale sur « le fond » : «Nous pouvons accompagner et voter une réforme territoriale parce que le pays l’attend, parce que le pays la veut. »

Déjà en 2010 l’UMP-UDI, alors au pouvoir, s’en prenait aux petites communes :

La loi du 16 décembre 2010 remettait profondément en cause la liberté communale par un mécanisme permettant aux préfets d’une part d’intégrer de force une commune au sein d’une intercommunalité et d’autre part de modifier le périmètre d’un EPCI déjà existant.

Comment croire que les territoires ruraux seront défendus par ceux-là mêmes qui prônent la disparition des communes et des conseils généraux ? En attaquant les communes et les départements, socles de la solidarité et de la démocratie locale, les « grands » partis s’en prennent à la liberté de collectivités, à l’égalité des citoyens et à la fraternité des territoires.

C’est en effet exactement l’inverse qu’il faut faire si l’on veut atteindre les objectifs initiaux de la décentralisation à savoir démocratie locale et efficience de la dépense publique.

A Debout La République, si nous sommes favorables à la réduction du millefeuille administratif, nous portons un projet radicalement différent d’organisation territoriale, un projet où la commune et le département sont les piliers de l’organisation. Afin de présenter ce projet aux élus, je conduirai une liste pour les élections sénatoriales en Côte d’Or.”

Les commentaires sont clos.