Dijon : Après le suicide d’un sans-abri, les élus de la majorité entre émotion et solidarité

2011-01-solidarité-maraude samu social-sdf-croix rouge-JJ-dijonscope-53

Après l’émotion provoquée par la disparition d’un sans-abri de 25 ans, qui s’est donné la mort en se tailladant les veines, vendredi 29 août, les élus de la majorité municipale réagissent. “Tout en comprenant l’émoi suscité par ce dramatique événement, ils tiennent à témoigner toute leur solidarité à la , qui peut être fière de la qualité du travail réalisé quotidiennement par ses agents, en liaison avec la police nationale”, expliquent-ils dans un communiqué.

Ce suicide faisait suite à son interpellation et la confiscation de son chien la veille, en plein centre-ville. “Personne ne peut nier que la présence de avec des chiens dans les rues du centre-ville de Dijon provoque de nombreuses réactions de la part des riverains, des commerçants et des passants”, poursuivent les élus. La ville de Dijon appelle ainsi tous les propriétaires de chien à adopter un comportement responsable en tenant leur animal en laisse, et en le muselant si c’est nécessaire, au centre-ville comme dans tous les quartiers.

“Dijon a confié à la Sdat une mission d’accueil, qui représente un engagement financier de 93 000 euros par an : les personnes sans domicile fixe sont orientées vers le gymnase Kennedy, où elles peuvent se doucher, se restaurer, laver leur linge, participer à des activités”, ajoutent les conseillers municipaux. Sur la facade du magasin devant lequel le SDF avait été interpellé, de nombreux messages en sa mémoire sont affichés. Une marche blanche est organisée le 6 septembre.

Lire le communiqué de presse ci-dessous.

“Une police municipale garante de la tranquillité publique et au service de tous les citoyens

Les élus de la majorité du conseil municipal de Dijon expriment toute leur émotion après le suicide d’un sans domicile fixe. Tout en comprenant l’émoi suscité par ce dramatique événement, ils tiennent à témoigner toute leur solidarité à la police municipale, qui peut être fière de la qualité du travail réalisé quotidiennement par ses agents, en liaison avec la police nationale.

La police municipale veille à la tranquillité publique à Dijon mais joue également un rôle de médiation et de prévention auprès des SDF. Il faut rappeler, à ce sujet, que Dijon, ville solidaire, a confié à la Sdat une mission d’accueil, qui représente un engagement financier de 93 000 euros par an : les personnes sans domicile fixe sont orientées vers le gymnase Kennedy, où elles peuvent se doucher, se restaurer, laver leur linge, participer à des activités… Mais, par ailleurs, les policiers municipaux ont pour mission de s’assurer que les arrêtés municipaux sont respectés par tous, sans exception. En l’occurrence, pour d’évidentes raisons de sécurité, les chiens doivent être tenus en laisse dans les espaces publics.

Personne ne peut nier que la présence de SDF avec des chiens dans les rues du centre-ville de Dijon provoque de nombreuses réactions de la part des riverains, des commerçants et des passants. Cet été, un molosse non tenu en laisse a dévoré un petit chien place Saint-Bernard. Suite à cet incident et afin de prévenir d’éventuels accidents (morsure d’un enfant par exemple), la police municipale a renforcé ses contrôles, à la demande du maire. La ville de Dijon appelle tous les propriétaires de chien à adopter un comportement responsable en tenant leur animal en laisse, et en le muselant si c’est nécessaire, au centre-ville comme dans tous les quartiers.

Afin de garantir la qualité de vie pour tous à Dijon, la police municipale, en lien avec les services sociaux, poursuivra sa mission au service de la tranquillité et de la salubrité publiques, mais également de la prévention, de la médiation et du renforcement du lien social”.

Les commentaires sont clos.

  1. un chien aime son maitre , il ne fait pas la difference si celui-ci est dans la misère ou dans le luxe ; il ne s’attaque pas aux chomeurs pour faire plaisir aux puissants de la finance ; cet etre humain dans la rue n’avait que son chien comme raison de vivre , toutes vos explications “bidon ” n’empechent pas que le regime que vous soutenez a fait mourir en 2013 460 sdf dans la rue dont 8 enfants ; pendant que les actionnaires du cac 40 et autres ont vu leurs dividendes augmentés de 30 % pas de quoi etre fiers de vous les elus de la majorité ; le peuple vous rejette a plus de 80 % …. et il s’apprete a vous le demontrer !!!!

    mangione daniel le mercredi 3 septembre 2014 à 10h12

  2. Bien parler mangione daniel, et peut etre a dijon il y a des structures pour accueullir les sans abris, mais ce n est pas le cas partout, encore ce matin je suis aller dans une mairie ki a tout fait pour se renseigner pour moi, et ki na pa comprit pourquoi il n y avait rien dans leur ville, ont leur a repondu qu’il fallait ke j’alle a plus de 100km de la et surtout ne pas avoir de chien!!!

    Jean le mercredi 3 septembre 2014 à 16h41

  3. Ni coupable ! Ni responsable ! De ces situations désastreuses qui pourrissent le centre de notre ville ; mais comme BEAUCOUP ( voir les articles et commentaires dans le B .P ); je suis exaspéré ! Ainsi par courrier électronique j’ai suggéré à Edouard Cavin; conseillé Municipal ; d’organiser sous son égide un rassemblement de protestation des Dijonnais qui n’acceptent plus cette occupation et entrave de l’espace public . Il me faut rappeler aux ” bonnes âmes indignées” ( la plus grande des hypocrisies selon Schopenhauer); qu’un grand nombre de ces marginaux bourrés du matin au soir ; étalant joyeusement et copieusement leurs M…es sur nos voies publiques du centre ville ; sont des “étrangers en situations irrégulières sur notre territoire national ; à Paris comme le rappelait un député UMP ; cela représente 70 pour cent des SDF dans la capitale ; pour ce qui est de la capitale de la Bourgogne ; QUI N’A PAS AU MOINS UNE FOIS VU ET ENTENDU UN DE CES CLOCHARDS EN PLEINE CRISE DE DEMENCE ; vociférer dans un quelconque dialecte de l’Europe Orientale ? ( Un Dimanche après midi et pas l’ombre d’un fonctionnaire du service de l’ordre dans toute la rue de la Liberté !) . Alors oui avec bien d’autres j’aspire simplement a vouloir marcher LIBREMENT ET SANS RISQUER UNE AGRESSION dans le centre de NOTRE VILLE . Maintenant que la L D H ; ce cancer de notre Médiocratie ; vienne apporter leur bras aux agents municipaux à 5h00 du matin pour les aider a ramasser les dizaines de kilogrammes de crottes des clébards en errances . Salauds de pauvres !

    Cranach le jeudi 4 septembre 2014 à 19h30

  4. Vous désirez un peu d’aide, Cranach ? Un lexomil peut-être ? Une pilule de cyanure, au pire.. ?

    Xanax le lundi 8 septembre 2014 à 0h28

  5. Xanax
    Peut-être sortez vous tout juste d’un séjour de repos à La Chartreuse non ?

    Cranach le lundi 8 septembre 2014 à 7h45

  6. @mangione
    Vous vous trompez sur la cause de la marginalité de ces individus…
    Très peu d’entre eux sont victimes du chômage…
    C’est un choix de vie de vivre en marginalité de la société, aux crochets de celle-ci.

    Très souvent ils bénéficient du RSA.
    Bien entendu, ils bénéficient de la CMU: ils sont soignés gratuitement pour tous les soins dentistes, ophtalmo, pilule pour les filles…
    Ils font la manche…

    Ils refusent systématiquement les stages de réinsertion, que Bureau d’Aide Sociale leur propose: ils les commencent et obtiennent les papiers nécessaires pour être logés par Dijon Habitat…et ils reçoivent une allocation logement. Au bout de trois jours, ils arrêtent la formation et reviennent à la rue.

    Ils font la manche auprès des dijonnais…et ceux-ci sont parmi les habitants des grandes villes les plus généreux…d’où la surpopulation de marginaux à Dijon.

    Certains, à proximité des grands magasins avouent ‘se faire dans les 2000€ par mois”…et n’hésitent pas à se moquer des personnels de ces magasins qui ont des salaires bien inférieurs en travaillant…ces derniers ne supportent pas les marginaux car depuis septembre 2013, ces vendeuses ont reçu ^pour la première fois un avis d’imposition…et elles sont outrées de payer des impôts pour nourrir ces marginaux volontaires…
    Voila le lit du Front National!

    J’ai honte quand je vois des “petites mémères ” se faire abuser par ces pesronnes à qui ils réclament des pièces…alors que ces “petites mémères ” ont juste de quoi vivre.

    Pour avoir rencontré Xavier Emmanuelli, inventeur du SAMU Social, celui-ci déconseillait fermement de donner de l’argent aux marginaux…cela encourage la consommation d’alcool et de substances illicites: allez voir ce qui se passe dans les étages bas des parkings de Dijon!

    Pour ce qui est des actionnaires du CAC 40, je voudrais signaler que si leurs dividendes ont augmenté de 30%, ils n’ont toujours pas retrouvé la valeur des sommes investies en 2007. Le CAC 40 avait tangenté les 6700 points en août 2007, aujourd’hui il est aux environ de 4300 points. C’est à dire que si vous aviez placé 100€ en Bourse en 2007, aujourd’hui la valeur de votre investissement est 64€. Si vous aviez un carnet de caisse d’epargne, accepteriez vous que son montant soit diminué d’un tiers?

    Il parait que le gouvernement veut relancer l’industrialisation du pays. Avec quel argent va t’il le faire?

    D’autant que si vous raisonnez ( vous n’êtes pas bête, je vous connais), l’argent qui est placé en Bourse est de l’argent qui a été gangé par son travail…et déjà soumis à l’impôt sur le revenu.
    Au lieu de dépenser son argent dans des écrans plats et autres bagnoles, les gens qui ont durement bossé, confie leur argent à des entreprises qui vont créer des emplois et si ils gagnent de l’argent ( les dividendes) cet argent est encore soumis à l’impôt sur le revenu…

    Résultat de cette belle politique, les gens qui économisent de l’argent se détournent de la Bourse et les entreprises ne se modernisent pas et détruisent des emplois…

    Pour revenir aux marginaux, réfléchissez aux habitants des rues où ils sévissent…Si vous êtes propriétaires d’un petit appartement à louer, pensez vous que les locataires vont venir quand lors de la visite, les marginaux sont à quelques mètres de son entrée…Pire quand, le propriétaire veut vendre son bien, effarouché par la loi Duflot…

    Si vous êtes en compassion avec les marginaux, n’hésitez pas, prenez en un chez vous!

    fanfandor le lundi 8 septembre 2014 à 16h59

  7. A Fanfandor
    Je partage parfaitement votre avis !
    Et lorsque j’écris ” salauds de pauvres” ; reprenant avec humour cette réplique dans le film ” la traversé de Paris” ; reprise à nouveau dans ” une époque formidable’; c’est avant tout par ce qu’ils me font peur; cette peur de finir dans la rue malgré tous mes efforts depuis plus de 30ans pour tenter d’échapper a cette déchéance.

    Cranach le lundi 8 septembre 2014 à 22h14

  8. Il ne restera(voire n’ira pas) pas au carré des “Indigents”.
    C’set notre Devoir

    Dijon Autrement le jeudi 11 septembre 2014 à 18h39

  9. @mangionne

    Je suis d’accord avec fanfandor…

    Vous, vous voulez lutter contre la richesse, alors qu’il faut lutter contre la pauvreté.

    C’est ce que disait Kennedy…il y a plus de cinquante ans!

    trublion le lundi 15 septembre 2014 à 8h49