Dijon : Pour E. Bichot, le troisième mandat de F. Rebsamen, c’est du bluff

François Rebsamen, l’actuel maire de Dijon, s’apprête-t-il à “abuser les Dijonnais en sollicitant un troisième mandat municipal pour la période 2014-2020, qu’il n’a pas l’intention d’assumer” ? C’est en tout cas ce qu’affirme son futur adversaire Emmanuel Bichot, candidat UMP dans la course aux Municipales 2014.

Selon lui en effet, le fait que l’élu socialiste ait promis en 2001 qu’il ne ferait que deux mandats et ses ambitions passées pour le ministère de l’Intérieur prouvent que François Rebsamen brigue un mandat qu’il terminerait depuis Paris.

A lire ci-dessous, le communiqué dans son intégralité.

François REBSAMEN fera-t-il un troisième mandat à Dijon ?

Le magazine L’Express a nommé François REBSAMEN «  recalé d’or » de l’année, du fait qu’il n’a pu obtenir le ministère de l’Intérieur qu’il convoitait et manifeste son mécontentement.

A l’approche des élections municipales de mars 2014, le maire socialiste sortant a jugé opportun de réagir en réaffirmant son attachement à Dijon et aux fonctions municipales.

Mais comment croire à cet engagement, quand on observe l’énergie déployée quotidiennement par le président du groupe socialiste au Sénat sur la scène politique nationale ?

Comment croire celui qui promettait au soir de son élection en 2001 de ne faire que deux mandats et devait donc s’arrêter en 2014 ?

Comment croire celui qui a prôné pendant plus de dix ans la limitation du cumul des mandats et signé une proposition de loi en ce sens en septembre 2010, pour être aujourd’hui le quatrième plus gros cumulard de France selon le magazine Aujourd’hui en France (18 mandats et fonctions) et depuis un an le principal opposant à cette mesure ?

En vérité François REBSAMEN a réalisé l’essentiel de ses projets pour Dijon au cours des deux mandats écoulés et n’envisage pas de faire un troisième mandat, dans un contexte qui s’annonce beaucoup plus difficile et requiert un maire gestionnaire à plein temps.

Il souhaite assurément être réélu maire en mars 2014 puis sénateur en septembre 2014, mais pourrait accéder dans le foulée à des fonctions nationales qui l’attirent de plus en plus, au ministère de l’Intérieur ou ailleurs, et les exercer au moins jusqu’à la fin du quinquennat de François HOLLANDE en 2017.

A partir de 2017, en toute hypothèse, il ne sera plus possible d’être à la fois maire ou président de communauté d’agglomération et sénateur, selon le projet de loi sur la limitation du cumul des mandats adopté à la majorité absolue par l’Assemblée nationale le 10 juillet dernier. François REBSAMEN a perdu son combat.

Je pense donc que M. François REBSAMEN s’apprête à abuser les Dijonnais en sollicitant un troisième mandat municipal pour la période 2014-2020, qu’il n’a pas l’intention d’assumer.

Les commentaires sont clos.