Soutien de l’Interprofession des Vins de Bourgogne aux viticulteurs sévèrement touchés par la grêle

Le Comité permanent du Bureau interprofessionnel des vins de Bourgogne () du 7 juillet a décidé d’apporter son aide aux viticulteurs les plus sévèrement touchés par la .

Lire les mesures ci-dessous.

“Ces dernières semaines, le vignoble de Bourgogne a été touché à plusieurs reprises et à plusieurs endroits par de fortes chutes de grêle. Celles-ci ont détruit tout ou partie des récoltes dans de nombreuses exploitations. Pour certaines Appellations, c’est parfois la troisième année consécutive, comme dans plusieurs villages de la Côte de Beaune. Ces accidents climatiques à répétition fragilisent la situation économique de beaucoup d’exploitations, au point de mettre en jeu, parfois, leur pérennité.

Dans ces conditions, le Comité Permanent du BIVB a pris, exceptionnellement, les décisions suivantes :

Report de paiement de deux ans des cotisations interprofessionnelles des prochaines campagnes 2014/2015 et 2015/2016 pour les exploitations qui :

  • ont perdu l’équivalent d’au moins une récolte sur les millésimes 2012 et 2013
  • attestent de pertes financières sur leur dernier bilan (à fin décembre 2013 ou fin août 2014)
  • attesteront d’une estimation de perte d’au moins 50 % de la récolte 2014, liée aux chutes de grêles

Attribution d’un montant spécifique de 50 000 euros à la cellule accompagnement de la Confédération des Appellations et Vignerons de Bourgogne (CAVB). Cette somme servira à financer des journées d’experts « conseiller financier » auprès des exploitations en difficulté financière suite aux dégâts successifs, notamment en matière de renégociation des emprunts avec les banques.

Constitution, au sein du BIVB, d’une cellule « grêle », qui étudiera les techniques de prévision des chutes de grêle, de lutte et de protection contre la grêle et, enfin, de soins aux vignes grêlées.

Le détail de ce dispositif exceptionnel (documents à fournir, comité de gestion, délais…) sera communiqué à la rentrée de septembre.

Le BIVB inscrit ces mesures dans le cadre du Comité de suivi « grêle » mis en place à l’initiative du Préfet de Bourgogne et placé sous la responsabilité de la Sous-Préfète de Beaune. Il réunit tous les acteurs publics et privés mobilisés afin de prendre des mesures en faveur des viticulteurs les plus touchés”.

Les commentaires sont clos.

  1. En mettant de côté le traumatisme, le sinistre et le préjudice inérant,il faudra bien un jour, et plus vite que l’on pense, reconvertir les terres où prolifère cette polluée et polluante monoculture éthylique en cultures vivrières étant donné la rareté des terres agricoles non céréalières

    Dijon Autrement le lundi 28 juillet 2014 à 19h32