Orchestre Dijon Bourgogne : La mairie pointe une “gestion imprudente”

La ville de Dijon a décidé de ne pas verser la subvention supplémentaire exceptionnelle demandé par l’. Dans un communiqué elle se justifie en expliquant que l’orchestre a fait l’objet d’une “gestion imprudente”. “L’arrêt éventuel de l’activité de l’ODB ne réjouirait absolument pas la ville de Dijon. Cependant, celle-ci n’a ni la vocation ni les moyens de pallier une gestion déficiente par le versement de dizaines voire de centaines de milliers d’euros supplémentaires”.

Lire le communiqué de presse ci-dessous.

“Orchestre Dijon-Bourgogne : la ville renvoie l’association à ses responsabilités

L’orchestre Dijon-Bourgogne se trouve aujourd’hui dans une situation financière très difficile liée à une gestion imprudente. La ville de Dijon a décidé de ne pas verser la subvention supplémentaire exceptionnelle que lui demandaient le président et le directeur de l’orchestre. Rappel des faits…

Né en 2009 de la fusion de l’orchestre de l’opéra et de la Camérata, l’orchestre Dijon-Bourgogne (ODB) est composé de 48 musiciens dont une grande partie d’enseignants du conservatoire à rayonnement régional. Ses missions sont celles d’un orchestre qui doit donner, dans la saison de l’opéra de Dijon, un certain nombre d’ouvrages lyriques et de concerts, qui se produit également en son nom propre et participe à des actions de médiation culturelle.

Nous avons été informés d’une situation financière grave au printemps : en mai, l’association « orchestre Dijon-Bourgogne » avait déjà consommé 75 % de son budget. Pourquoi ?

Le président de l’association, Gérard Cunin, s’est alors tourné vers la ville de Dijon, qui avait déjà versé une subvention de 650 000 euros en 2014, pour demander une contribution supplémentaire de 333 000 euros.

La subvention initiale se montait chaque année à 830 000 euros : la différence entre 2014 et 2013 tient au refus de l’ODB de participer, comme il devait le faire, au Ring de Wagner donné à l’opéra en octobre 2013. Le montant particulier de la subvention suite à la défection de l’orchestre sur cet opéra était connu de l’association depuis mars 2013 ! Ne fallait-il pas être responsable et travailler en 2014 avec les financements prévus et reçus ? Fallait-il tout dépenser et se tourner ensuite vers les caisses de la ville ?

Avant de s’engager ou même de promettre quoi que ce soit, la ville a confié à un cabinet indépendant, Orfis, le soin de mener un audit financier de l’association. Les conclusions de cet audit, conduit sur la base des chiffres communiqués par l’association, sont sans appel : l’orchestre Dijon-Bourgogne risque la cessation de paiement dès ce mois de juin 2014. Pourquoi ? Comment les deniers publics, qui sont précieux, ont-ils été gérés ? Est-ce la ville de Dijon qui est responsable des choix de l’association ?

La ville de Dijon, elle-même engagée dans un effort budgétaire visant à réduire ses dépenses et à contribuer à l’effort de redressement des comptes publics nationaux, n’a pas vocation à être un guichet distribuant sans compter. En l’occurrence, le versement de la somme demandée ne saurait remédier aux difficultés financières de l’ODB pour les années à venir.

Cet orchestre est géré par une association, qui se doit de “tenir” un budget adapté à ses recettes. La ville renvoie donc l’association à ses responsabilités. Néanmoins, dans le cas où l’ODB cesserait son activité, elle s’engage à proposer des solutions de reclassement aux trois permanents de l’association.

L’arrêt éventuel de l’activité de l’ODB ne réjouirait absolument pas la ville de Dijon. Cependant, celle-ci n’a ni la vocation ni les moyens de pallier une gestion déficiente par le versement de dizaines voire de centaines de milliers d’euros supplémentaires.”

Les commentaires sont clos.

  1. Caenserata patatra!

    Anonyme le jeudi 24 juillet 2014 à 11h16

  2. Cette consternante information ne m’étonne pas vraiment;j’avais , hélas, pressenti cette faillite, en constatant avec effarement les dépenses somptuaires de cette “Association” “gérée” avec la plus totale irresponsabilité : programmes de concerts hors de prix (cachets des artistes pharaoniques),frais de “relations publiques” (réceptions,manifestations…) délirants,plaquettes,brochures,doc diverses-et coûteux- distribués sans compter ,etc.. preuves d’une “mégalomanie” pathologique des “dirigeants” de ladite association , qui s’étaient “persuadés”,dans leur folie intérieure “, que la Ville de Dijon”, cad nous,les contribuables ,était une “vache à lait” inépuisable , et comblerait les trous financiers abyssaux “sans rechigner” Grave erreur!! j’approuve ,évidemment ,les élus municipaux de n’avoir pas cédé à ce chantage aussi révoltant qu’irresponsable . En cette période de crise ,il est grand temps de “virer” ces “gestionnaires” incompétents !!!

    Serafin le jeudi 24 juillet 2014 à 12h00

  3. Avant , on a certainement laissé faire ,mais à présent Mr Rebsamen en tant que ministre ne peut plus se permettre une situation qui aurait trop perdurer .Alors fini les petits arrangements entre copains beaucoup trop vulnérables politiquement : fermé le ban !!!

    antidote le jeudi 24 juillet 2014 à 12h16

  4. Ces commentaires sont édifiants! Avant de commenter une situation et de prendre les déclarations des élus pour la sacro-sainte vérité, il serait judicieux de savoir de quoi l’on parle…et là, c’est juste un grand mélange de tout et n’importe quoi!
    A noter que si l’Orchestre ferme, une grande partie de la production locale culturelle disparait…comme dans bien d’autre secteur, l’argent des contribuables ne sera plus réinjecté dans le tissu économique dijonnais, il ne financera plus que des spectacles importés de l’Opéra de Dijon qui ne coutent pas moins cher…

    mimi le jeudi 24 juillet 2014 à 16h05

  5. La ville de DIjon verse pourtant bien de l’argent à l opéra de Dijon pour que le directeur puisse realiser son premier petit opera qui aura coûté a nous contribuable 3 millions 300 € et oui rien que ça ! Notre ex maire a distribué 150 000 € à son copain Dominique PItoiset pour le soutenir dans sa prochaine creation avec en prime une petite medaille des arts et belles lettres c’est pas touchant ! La mairie donne bien notre argent a qui elle veut bien !

    mayen le mercredi 30 juillet 2014 à 8h44

  6. J’avoue, les musiciens m’en ont tellement faits baver à se pavaner devant moi parce que Mesdames Messieurs étaient payés et visiblement pas peu chers, franchement je ne cache pas au-delà de la musique à faire un certain soulagement. La musique oui mais pas à n’importe quel prix. Il y a l’humain, avant tout cela.

    anonyme le mardi 5 août 2014 à 0h47