Pour Rémi Delatte (UMP), la fusion Bourgogne et la Franche-Comté “n’appelle pas de polémique”

Le député UMP de Côte-d’Or, , considère que la fusion entre la Bourgogne et la Franche-Comté “n’appelle pas de polémique”. “Néanmoins, elle apparaît comme l’une des grandes régions les moins puissantes économiquement. Il faudra donc travailler ensemble, sans esprit partisan et en bonne intelligence, pour faire réussir demain notre territoire.”

Lire le communiqué de presse ci-dessous.

“Réforme territoriale : l’intelligence collective pour palier à l’impréparation

L’Assemblée Nationale a adopté aujourd’hui la réforme territoriale, qui prévoit notamment la fusion des régions dont le nombre total passe de 22 à 13.

Je ne reviendrai pas ici sur l’incongruité de cette réforme, symptomatique des méthodes du Gouvernement : après avoir abandonné la loi de 2010 qui définissait de manière claire les compétences des collectivités et permettait des économies par la suppression d’un échelon et la réduction du nombre d’élus locaux, l’exécutif se rattrape en proposant une réforme différente… et malheureusement bâclée. Cette réforme territoriale, décidée en catimini et sans concertation à l’Élysée, ne génère ainsi aucune économie et provoque une grande confusion.

Localement, la fusion entre la Bourgogne et la Franche-Comté n’appelle pas de polémique. Elle est le prolongement naturel de nombreux partenariats entre nos deux territoires, à l’image du PRES qui rapproche les Universités de nos deux régions depuis 2010. Elle puise aussi ses racines dans les rapports historiques entre la Bourgogne et la Franche-Comté, et trouve pour toutes ces raisons une certaine cohérence.

Néanmoins, dans l’ensemble territorial qui se dessine pour la France, la future région Bourgogne-Franche-Comté apparaît comme l’une des grandes régions les moins puissantes économiquement. Il faudra donc travailler ensemble, sans esprit partisan et en bonne intelligence, pour faire réussir demain notre territoire.”

Les commentaires sont clos.

  1. si cela ne procure pas d’économie, pourquoi ne pas contester plus fortement son refus ?
    2 régions ont elles vraiment besoin de fusionner pour travailler ensemble ?
    la suppression des cantons, mais le maintient du Département, aurait fait des économies immédiates, sans nuire à la représentativité, puisque les COMCOM pouvaient représenter les territoires au sein de la communauté départementale.
    Pourquoi aucun député ne portent ce projet ?

    cmag le jeudi 24 juillet 2014 à 21h08