Réforme territoriale : Pour François Sauvadet, “la carte de France n’est pas un puzzle”

Le président du conseil général de Côte-d’Or, revient sur le projet de loi portant sur la . “Au lieu de parler du fond – de la recherche de l’efficience de l’action publique par une réflexion sur les compétences de chacun – on assiste à un marchandage entre barons socialistes”, considère-t-il.

Lire le communiqué de presse ci-dessous.

“Mais dans quel pays vivons-nous ?

Début juin, on apprend par une dépêche AFP venue de l’Elysée qu’on va réduire de 24 à 14 le nombre de Régions et que les Conseils Généraux vont être supprimés.

Quelques semaines plus tard, on apprend que le Limousin change de Région par un tweet du rapporteur socialiste de la loi.

Et voilà qu’aujourd’hui, c’est après une réunion des députés socialistes que les habitants de Charente-Maritime, de Picardie, de Région Centre ou encore de Champagne Ardennes, découvrent que leur rattachement sera complètement différent de ce qui leur était jusque-là annoncé !

Franchement, tout cela est particulièrement choquant, car au lieu de parler du fond – de la recherche de l’efficience de l’action publique par une réflexion sur les compétences de chacun – on assiste à un marchandage entre barons socialistes.

Et dans tout cela, il y a les grands oubliés de la réforme qui n’ont pas leur mot à dire : je parle des Français, et tout particulièrement de ceux qui vivent dans cette France d’à-côté, touchés par la désertification rurale, le retrait des services publics et qui se sentent à nouveau sacrifiés par le Gouvernement sur l’autel d’une prétendue modernité !

Il ne s’agit pas là d’un débat des Modernes contre les Anciens comme le Parti Socialiste aimerait le faire croire. C’est une réforme décisive pour l’avenir de notre pays qui est engagée et qui mérite mieux qu’un débat parlementaire tronqué, entre un Sénat méprisé et une Assemblée Nationale convoquée nuitamment au milieu du mois de juillet, et sans la moindre concertation avec les élus locaux. Il s’agit là d’une méthode scandaleuse dans un pays démocratique. Décidément, la concentration de tous les pouvoirs conduit à tous les excès et à toutes les manœuvres.

En réalité, le Gouvernement veut faire payer à l’échelon local les défaillances de l’Etat central. Supprimer les doublons, les chevauchements de compétence, oui ! Mais ceux-ci se retrouvent le plus souvent dans les services déconcentrés de l’Etat. En supprimant les départements et en regroupant les régions, quel avenir on va assurer à nos territoires périphériques ? Qui assurera la péréquation ? Pourtant, il y a peu, le Premier Ministre avait reconnu que c’était une erreur de commencer par redécouper l’ensemble des cantons de France, réforme qu’il avait conduite à la hussarde en tant que Ministre de l’Intérieur. Il persiste aujourd’hui dans cette erreur en utilisant la même méthode qui reproduira les mêmes errements !

Une réforme territoriale est nécessaire, elle demande sans doute du courage, mais aussi et surtout une vision partagée de ce que l’on veut pour l’avenir du pays.”

Les commentaires sont clos.