Immersion à l’Oeno Music Festival

Photo Marion Chevassus

Photo Marion Chevassus

Pour sa première édition, l’Oeno Music a affiché son ambition. Devenir un temps fort de la vie dijonnaise, transgénérationnel et festif. S’y sont croisés des stars de dimension internationale comme Morcheeba, UB40 ou Nneka, des grands classiques de la chansons française comme Les Têtes Raides, Renan Luce , les Ogres de Barback ou la Rue Kétanou, mais aussi des jeunes pousses comme Fakear, Biga Ranx ou Hollie Cook et Missill.

Organisé par Pyrprod, la boîte de production dijonnaise, le festival avait pour but de mettre en avant les vins bourguignons dans un salon attenant. Quel lien entre musique live et bon pinard ? Son directeur Pierre-Yves Romano, grand amateur de ces deux plaisirs. Plaisirs des sens comme nous l’explique Clotilde Davenne, vigneronne à Chablis, dans notre vidéo, en immersion dans un Zénith transformé car complètement ouvert.Le festival a annoncé avoir totalisé 10 000 visiteurs (voir ici le communiqué).

(A toute allure) Suivez-nous !

Les commentaires sont clos.

  1. J’ai été bénévole sur le festival, nous avons été accueillis à bras ouverts, c’était génial! Franchement, je re-signe si je peux l’année prochaine!

    CamilleG le jeudi 17 juillet 2014 à 21h49

  2. Il n’est pas bon d’associé l’alcool sous quelque forme que ce soit à un évènement “festif”. Vive la Tempérance et vive la Musique vivante!
    Prendre exemple sur les “Concerts Jus de Fruits” du FRAC

    Anonyme le vendredi 18 juillet 2014 à 8h51

  3. J’étais là le premier soir,
    Très bonne ambiance, super concert de Morcheeba

    @ anonyme: si ces concerts jus de fruits ont le mérite d’exister, je ne vois pas l’intérêt de les opposer à ce festival. Pour moi au contraire, c’est une super idée d’associer les musiques “actuelles” et le monde du vin, qui étouffe parfois dans des clichés rétro et passéistes.

    François COLAS le vendredi 18 juillet 2014 à 11h10