Bourgogne : Jean-Paul Pinaud en appelle à l’Etat pour financer les nouveaux TER

Le vice-président de la région Bourgogne en charge des transports TER, , demande à l’Etat de “donner aux régions les moyens leur permettant de financer leur politique de transport par la mise en oeuvre d’un versement transport régional”

Lire le communiqué de presse ci-dessous.

“Pour répondre à un besoin de capacité et pour poursuivre la modernisation du parc TER bourguignon, les conseillers régionaux ont affecté dans un premier temps lors du vote du budget 2014, 160 millions d’euros à l’acquisition de 13 rames REGIO 2N et 20 millions d’euros à la construction d’un centre technique de maintenance de celles-ci pour remplacer des rames Corail.

Depuis, le gouvernement a annoncé un plan d’austérité qui va réduire chaque année les dotations de l’Etat de 12 millions d’euros soit une perte de recettes cumulées sur 6 ans de 180 millions d’euros. De plus, les études en cours et les estimations faites à la Région montrent que le coût de réalisation du centre technique est déraisonnable, celui de la maintenance des REGIO 2N est inacceptable. De plus, si les rames REGIO 2N sont d’un accès facile, elles n’offrent pas le niveau de confort des rames Corail et l’expérience montre qu’elles ne semblent pas être adaptées au transport sur longue distance. Or, elles doivent être affectées sur la liaison Paris Dijon Lyon.

Dans ce contexte, tout en affirmant sa volonté de voir se concrétiser ce projet, la région demande à RFF et à la SNCF d’étudier toutes les alternatives possibles dont celles de la révision générale des rames Corail pour prolonger leur maintien en service.

Pour que le projet voie le jour, il appartient à RFF a la SNCF et au constructeur d’en créer les conditions en réduisant le montant des investissements et de la maintenance. Il revient à l’Etat de donner aux régions les moyens leur permettant de financer leur politique de transport par la mise en oeuvre d’un versement transport régional et en leur octroyant par une maitrise publique des sociétés d’autoroute une partie de leurs profits.”

Les commentaires sont clos.