Grand Dijon : Le parti de gauche dénonce la hausse des tarifs Divia

Le comité de Dijon du Parti de gauche, membre du , réagit à la hausse des tarifs d’abonnements sur le Grand Dijon. “L’objectif pour 2017 de Kéolis est d’atteindre 7 milliards d’euros… Et l’on ose demander aux usagers de payer encore plus cher leurs voyages”, s’insurge le parti.

Lire le communiqué de presse ci-dessous.

“Les élus du Grand-Dijon ont décidé d’augmenter les tarifs d’abonnements dans les transports en commun de l’agglomération dijonnaise. Cette augmentation représente selon le type d’abonnement entre 9 et 20%. À un moment où le Ministère de la Ville désigne le Grand Dijon comme faisant partie des zones socialement prioritaires (20 000 habitants sous le seuil de pauvreté) et où l’on demande aux citoyens de se serrer toujours plus la ceinture, l’entreprise Kéolis, qui gère le réseau Divia affiche, en 2012, 4.8 milliards d’euros de chiffre d’affaires dont 2.47 milliards d’euros en France. Pour 2013, le chiffre monte à 5.1 milliards d’euros de chiffre d’affaire. L’objectif pour 2017 de Kéolis est d’atteindre 7 milliards d’euros… Et l’on ose demander aux usagers de payer encore plus cher leurs voyages !

Lors du pic de pollution des 15 et 16 mars 2014, le Grand-Dijon avait demandé à Divia de mettre en place la gratuité sur son réseau. Divia avait alors enregistré des taux de fréquentations historiques ! Ce sont donc bien les aspects économiques et financiers qui limitent l’utilisation des transports en commun par les dijonnaises et les dijonnais. Actuellement, il est indispensable d’améliorer la qualité de vie de nos concitoyen ne-s en limitant la pollution et en augmentant le pouvoir d’achat. Or, cette hausse du prix de l’abonnement poussera les usagers à utiliser de plus en plus leurs véhicules particuliers, allant à contre-courant de l’idée même de progrès social et écologique. Augmenter les tarifs est injuste socialement et impossible à justifier économiquement. Kéolis verse des sommes toujours plus grandes à sa maison-mère, alors que cet argent serait bien plus utile pour financer la gratuité des abonnements pour tous ! C’est possible ! 12 agglomérations en France l’ont fait. C’est tout à fait possible sur le Grand Dijon aussi. Ce que paient les usagers représentent 18 % du coût de fonctionnement. Cette participation serait très supportable par les grandes surfaces commerciales et entreprises qui bénéficient des dessertes Bus et Tram du réseau Divia.

Le contrat Kéolis/Grand-Dijon arrive à terme en 2017, et l’appel d’offre sera lancé fin 2014. Les citoyens et usagers du réseau Divia doivent donc se saisir de ce sujet et imposer, dans l’intérêt de tous, le retour en régie publique. Le Parti de Gauche agira dans ce sens. Alors qu’une grande partie des citoyen-ne-s de l’agglomération vivent avec trop peu, la gratuité se veut une réponse concrète à l’urgence sociale. Les transports sont un outil de liberté participant de la mixité sociale.

Le Parti de Gauche propose donc une gratuité des transports, une régie publique en co-gestion entre les salariés et les citoyen-ne-s.”

Les commentaires sont clos.

  1. difficile d’argumenter contre ce texte ; tres clair ; oui la gratuité des transports publics ;c’est l’avenir ; bon pour l’economie locale ; pour le pouvoir d”achat , pour l’ecologie et la santé ; les autres partis politiques semblent manquer d’arguments pour ou contre ;meme ceux qui se pretendent de gauche et sociale , pas etonnant vu ce qu’ils votent au parlement …..

    mangione daniel le mercredi 2 juillet 2014 à 9h57