Pourquoi l’auteur de Game of Thrones a choisi Dijon

2014-06-Game-Thrones-Grangier-1

[Avant propos : Désolé pour ceux qui y auraient cru, mais la photo n’est pas celle de l’auteur de , mais d’une des héroïnes de la série, Daenerys Targaryen]

Guerres de chevaliers, conflits politiques et sexe. La Bourgogne du XIIIème siècle a été témoins d’une histoire qui n’aurait pas besoin d’être enjolivée pour ravir les fans d’heroïc fantasy. C’est en partie pour cela que George R.R. Martin, l’auteur du fameux roman adapté en série à succès Game of Thrones a choisi Dijon pour venir à la rencontre de ses fans en France, jeudi 3 juillet 2014, à la librairie Grangier.

Depuis 4 saisons, Game of Thrones, la série la plus téléchargée sur internet, fait le bonheur de milliers de fans en France. On y suit les chroniques de plusieurs familles qui s’écharpent pour le contrôle des terres du royaume des 7 couronnes. S’y mélangent pêle-mêle peuples barbares, inquiétantes créatures, dragons et loups. Mais ce sont surtout les intrigues politiques qui passionnent les aficionados de la série.

Des fans hauts placés

Parmi lesquels on trouve même le président du conseil régional de Bourgogne, , qui s’est servi de la série pour défendre sa réforme territoriale. Contacté par Le Lab E1, il explique “que les présidents des différentes associations locales, l’Association des maires de France (AMF), l’Assemblée des départements de France (ADF), l’assemblée des communautés de France (ACM) se comportaient comme chacun des porteurs de couronnes de Game of Thrones“. Les tractations politiques se réglant plus à force de machinations et de manipulations, voire même carrément à coups d’épée, on les laissera apprécier.

“J’adore la famille Stark, et notamment le fils, Robb Stark. Je m’identifie bien à lui, à ses choix militaires”, précise même François Patriat. Un des héros de la série, même s’il n’hésite tout de même pas à déclencher une guerre sanglante à ses voisins. De là à y voir un message…

Des personnages ambivalents, comme Robb Stark, c’est d’ailleurs ce qui fait la force de Game of Thones pour Grégory Morel, libraire à Grangier et qui a organisé la venue de George R.R. Martin. “Ce qui a fait le succès des livres puis de la série, c’est que l’humain est au centre de l’oeuvre de Martin. Les personnages ne sont ni tout noir ni tout blanc et peuvent disparaître d’un moment à l’autre, ce qui est plus proche de la réalité. Personne n’est vraiment à l’abri de la mort.”

Inspiré de l’histoire de France et de la Bourgogne

Cinq (très très épais) tomes de Game of Thrones sont sortis et seront prêts à être dédicacés jeudi. George R.R. Martin a prévu d’en sortir encore deux autres. S’il a choisi Dijon pour venir à la rencontre de ses fans français (on attend des curieux de tout le pays), c’est grâce à la persévérance de Grégory Morel, mais aussi parce que l’Histoire de la Bourgogne n’est peut-être pas étrangère à celle de Game of Thrones. Une des principales références citées par R.R. Martin est Les Rois Maudits, de Maurice Druon. En sept tomes aussi, l’écrivain français raconte les chroniques de la fin de règne des Capétiens, à une époque où le Duché de Bourgogne avait un poids non négligeable.

“À l’époque racontée dans Les Rois Maudits, la Bourgogne était puissante, mais entre deux empires. Par des alliances et des mariages, elle jouait un peu sur les deux tableaux”, explique Grégory Morel. L’histoire des Rois Maudits commence avec l’exécution de Jacques de Molay, le dernier Grand Maître de l’Ordre des Templiers, le 18 mars 1314. Sur le bûcher, il maudit à la fois le pape Clément V, le chevalier Guillaume de Nogaret et le roi de France Philippe le Bel.

Scandale au royaume

Les trois mourront dans l’année. S’en suivra une succession de malheurs pour la lignée des Capétiens, liés aux Ducs de Bourgogne, qui mèneront jusqu’à la guerre de Cent Ans. On peut par exemple prendre le scandale de la tour de Nesles. Philippe le Bel a eu trois fils et une fille avec son épouse. Ses trois fils ont été mariés avec les filles de deux comtes de Bourgogne. Deux d’entre elles, Blanche et Marguerite de Bourgogne se livraient à la débauche avec deux chevaliers, les frères Aunay.

On a longtemps cru que les amants de donnaient rendez-vous en plein Paris, à la tour de Nesles, d’où le nom de l’affaire. C’est leur belle-soeur, Isabelle de France, fille de Philippe le Bel qui s’aperçut du scandale. Le roi, très pieux et blessé, prit les dispositions nécessaires. Marguerite et Blanche furent tondues et emprisonnées, Marguerite probablement exécutée peu après. Jeanne, la troisième, coupable de ne pas les avoir dénoncées fut emprisonnée aussi. Quant aux deux frères Aunay, leur sexe fut coupé et jeté aux chiens, puis ils furent décapités.

Cela ne vous rappelle rien ? On se croirait en plein épisode de Game of Thrones. Pourtant il s’agit bien des affres de la vie de cour entre les rois de France et les Ducs de Bourgogne. Il n’y a en plus dans les livres de R.R Martin “que quelques dragons et un tout petit peu de magie”, s’amuse Grégory Morel. Sur des terres riches d’une histoire incroyable, le roi de la fantasy vient à la rencontre de ses fans.

Les commentaires sont clos.

  1. Hum… Je connais quelqu’un qui a lu Les Rois Maudits, et dit que la référence au duché de Bourgogne est erronée. Il s’agit en fait du duché d’Artois… Qui a été rattaché au duché de Bourgogne en 1384… Or, l’histoire des Rois Maudits démarre en 1314.

    Bon, de toute façon, j’irai voir ce petit évènement national, hein^^

    Anonyme le mercredi 2 juillet 2014 à 9h33

  2. C’est encore moi qui ai posté!

    CamilleG le mercredi 2 juillet 2014 à 9h34

  3. Anonyme, la saga des Rois Maudits fini sous Charles V, en plein conflit Armagnacs/Bourguignons, soit la fin du XIVème..
    ça colle!

    Gluck le mercredi 2 juillet 2014 à 13h35

  4. @Gluck: anonyme, c’est moi,CamilleG.
    Ensuite, c’est un pote qui me dit ça, qui est passionné d’histoire. Les Rois Maudits, ça s’arrête en 1364, avec la mort de Jean II le Bon (qui se fait capturer à la bataille de Poitiers, et on voit Philippe le Hardi adolescent). A priori, la Bourgogne est très peu évoquée, et tout le roman tourne autour de l’Artois.
    Enfin bref, on ne sait pas où eut lieu la bataille d’Alésia, hein^^

    CamilleG le mercredi 2 juillet 2014 à 18h31

  5. BOF!

    Dijon Autrement le mercredi 2 juillet 2014 à 20h14

  6. Fascination pour la violence: à éviter

    Dijon Autrement le jeudi 3 juillet 2014 à 15h05