Côte-d’Or : Le nouveau préfet Éric Delzant veut faire dans le dialogue et la proximité

Eric Délzant, Photo Jonas Jacquel

Eric Délzant, Photo Jonas Jacquel

Le nouveau préfet de Côte-d’Or et de Bourgogne, , a officiellement pris ses fonctions lundi 30 juin 2014 en déposant une gerbe au monument aux morts de la ville de Dijon. Il succède à Pascal Mailhos, nommé préfet de la région Midi-Pyrénées.

Il est en Côte-d’Or depuis un peu moins de 24 h, mais a déjà un déplacement à son agenda. Éric Delzant se rendra au chevet des viticulteurs touchés par les intempéries de grêle. Une première sortie très clichée si les circonstances n’étaient pas aussi dramatiques pour l’économie locale. “Je serai souvent sur le terrain, à la rencontre des acteurs”, promet-il. “De nombreux dossiers se conçoivent au niveau régional et non pas en restant enfermé dans un bureau. Il faut instaurer un dialogue social”.

Et par dossier, il en vise plus particulièrement deux : l’emploi et la lutte contre le chômage, mais aussi la réforme territoriale et la fusion des régions Bourgogne Franche-Comté. “Mes priorités sont celles défendues par le gouvernement”, promet celui qui occupe son deuxième poste de préfet de région après avoir représenté l’État dans la région Auvergne entre 2013 et 2013.

Dix ans plus tôt, il était déjà préfet de Haute-Corse, chargé de mettre en place le nouveau statut de l’île. Poste dont il sera limogé par Nicolas Sarkozy après des manifestations ayant empêché la tenue d’un meeting politique. Ce qui lui a valu un chapitre entier dans le livre “Sarko m’a tuer”.

Eric Délzant, Photo Jonas Jacquel

Eric Délzant | Photo Jonas Jacquel

“Je ne suis à Dijon que depuis une journée alors je ne vais pas faire de longs discours”, promet-il. Pourtant, il a déjà rencontré le maire de Dijon, les présidents du conseil général de Côte-d’Or et du conseil régional de Bourgogne. Ils m’ont tous fait part de leurs besoins, de leurs priorités”.

Il note par exemple la création de la communauté urbaine. Une “excellente chose”, assure-t-il. Lui qui fut aussi directeur général des services de la communauté urbaine de Bordeaux. “Mon parcours atypique est sans doute unique à ce niveau de fonction”, poursuit-il.

Les commentaires sont clos.

  1. No comment

    Dijon Autrement le mercredi 2 juillet 2014 à 20h16