Bourgogne : Dijon, Beaune et Mâcon résistent mieux à la crise

2014-06-26-Insee-Bourgogne-macon

La Bourgogne fait partie des régions les plus touchées par les difficultés liées à la crise économique amorcée en 2008. D’après une étude de l’, rendue publique jeudi 26 juin 2014, les grandes aires urbaines résistent le mieux, surtout celles situées sur l’axe Dijon-. Une aubaine quand on sait que la région a perdu 6 000 emplois entre 2006 et 2011.

“Comparée aux aires de même importance, Dijon se classe dans les dix premières, pour la progression à la fois de l’emploi total (+2,1%) et de la part du tertiaire (+2,2 points).”, assure l’Insee. Elle occupe une position particulière en Bourgogne de par sa taille nettement supérieure aux autres, avec 169 000 emplois en 2011. “Mais sa population ne suit pas une trajectoire aussi favorable et la classe au quinzième rang. Depuis 2006, elle compte 7 200 habitants supplémentaires, soit une augmentation de 2%.”

“Les aires urbaines de Mâcon et Beaune profitent de leur situation géographique et bénéficient toutes deux d’un regain économique et démographique qui se traduit par la plus forte augmentation du nombre d’emplois et d’habitants parmi les grandes aires de la région”, complète l’Insee. En revanche, l’impact de la crise est nettement plus marqué dans les grandes aires urbaines du nord et de l’ouest de la région. Auxerre, Nevers, Sens et Montceau-les-Mines, toutes ont en commun une diminution du nombre d’emplois.

Pour en savoir plus, lire la publication ci-dessous.

Télécharger le document PDF (1.73MB)

Les commentaires sont clos.

  1. L’économie n’est pas une science

    Dijon Autrement le mercredi 2 juillet 2014 à 20h30