La Bourgogne veut mettre les touristes en bouteille

2013-07-loisir-tourisme-route-grands-crus-ouche-vigne-JJ-miroir-180

Il n’est plus à prouver que la Bourgogne est une terre de . Notamment grâce à la renommée internationale de ses vins, bien sûr. Pourtant, il reste des choses à améliorer. Que représente l’œnotourisme en Bourgogne ? Tour d’horizon en data.

Le profil

2,5 millions de touristes viennent en Bourgogne pour découvrir ses vins. Mais qui sont-ils plus précisément ?

A noter qu’en moyenne, un touriste dépense 203 euros par visite, dont 104 euros directement en achat de .

L’offre

Forte de 900 caves ouvertes à la visite, la Bourgogne viticole réalise 15% de son chiffre d’affaire en vente direct de .

Les opportunités

Bien évidemment, en première ligne, la reconnaissance des climats de Bourgogne au patrimoine mondiale de l’Unesco pourrait être un beau levier pour augmenter la fréquentation œnotouristique. Une hausse de 20% est annoncée. Il reste encore cependant du chemin avant la reconnaissance officielle. Notamment avec la venue d’une commission d’enquêteur en septembre.

Le tourisme viticole en Bourgogne est encore largement concentré à Beaune. Il faut encore réussir à essaimer ce flux de visiteurs dans les différents vignobles. C’est là que la cité des vins entre en jeu. Le projet qui va s’installer près du palais des congrès de Beaune. Trois bâtiments proposant une expérience différente vont faire office de “porte d’entrée” avant d’aiguiller les touristes dans toute la Bourgogne.

Deux cités du vin “filles” vont aussi être construites. Le tout pour un investissement de 25 millions, porté essentiellement par les collectivités publiques à une hauteur qui reste à déterminer, à moindre partie par le Bureau interprofessionnel des vins de Bourgogne () et quelques investisseurs privés. Les premières pierres pourraient être posées en 2015.

Source : Etude “Tourisme et Vin”, France Atout, 2010.

Les commentaires sont clos.

  1. Honte. J’ai honte. On a une super région, et je n’y fais jamais de tourisme… Aussi bien sur la Côte bourguignonne que dans la vallée de l’Ouche, ou vers les villages du style Semur, Vézelay, Flavigny, etc…
    ll y a une dizaine d’années, j’ai eu l’occasion de faire un spectacle à Arnay-le-Duc en été. J’ai découvert une ville bouillonnante, qui, tous les jeudis soir de juillet et août, donnait des animations de rue. Je ne sais pas si le concept existe encore; mais j’avais été bluffée. Les petites villes bougent, et on n’en entend pas parler. Enfin, si, un peu, lorsque nos chers journalistes vont arpenter les bleds de nos campagnes ou nous dénichent des trucs insolites. Le dernier festival en date, je crois, samedi prochain 28 juin: Pimpinella, à Flavigny.

    Anonyme le jeudi 26 juin 2014 à 17h01

  2. Pardon, le “anonyme”, c’est moi. :)

    CamilleG le jeudi 26 juin 2014 à 17h02

  3. le breuvage est un vrai piège à touriste-s

    Dijon Autrement le mercredi 2 juillet 2014 à 20h32