Dijon : Ils défilent contre le “F Haine”

2014-05-29-manifestation-anti-FN-Dijon-jeremie-lorand

“Ta France, Marine on n’en veut pas”. Quelques jours après la percée du Front national aux élections européennes qui a obtenu 24,94% des suffrages, près de deux cents personnes ont défilé dans les rues de Dijon, jeudi 29 mai 2014. Il s’agissait de dénoncer ce “cataclysme politique”, comme le qualifie les organisateurs.

Dijon n’était pas la seule ville à se mobiliser. À l’appel du Mouvement des jeunes socialistes, ou encore la Maison des potes, plusieurs cortèges devaient s’élancer à travers la France. Sur la place de la Libération, peu après onze heures, défilaient de nombreux jeunes, comme Margaux et Pierre-Louis. Ces deux lycéens de Première n’ont pas le droit de vote, ils n’ont que seize ans, mais déjà quelques convictions : “Nous ne nous reconnaissons pas dans ce vote et dans cette France. 25%, ça ne doit plus jamais arriver”. À bout de bras, Pierre-Louis porte une pancarte “Faites l’amour, pas la N”.

Sur la page Facebook de l’événement, les organisateurs rappelaient que le mouvement était apolitique : “Ce doit être une révolte citoyenne, donc sans étiquette. J’espère qu’aucun parti ou lobby ne s’appropriera cette marche”. “Nous appelons tous les acteurs politiques à prendre conscience du dysfonctionnement de notre société et de la nécessité de changer de mode d’action”, ajoutait-il.

En fin de cortège, Séverine, 34 ans se félicite de la mobilisation des jeunes, “preuve qu’ils portent une attention à la politique”, mais regrette de ne voir aucun officiel. “Je m’attendais à voir quelques élus, c’est bien beau de s’insurger sur les plateaux de télévision, encore faut-il le prouver sur le terrain”. Au pas de course, le cortège s’élance rue de la Liberté. En ce jour férié, quelques touristes chinois s’arrêtent, regarde la scène.

“Le mouvement est moins spontané qu’en avril 2002, où Jean-Marie Le Pen s’était maintenu au second tour”, reconnaît Jean-Louis, la cinquantaine. “J’ai bien peur que le vote soit devenu un vote assumé et non plus de contestation. Chez nous, Florian Philippot [Le candidat du sur la circonscription Est] avait tout pour convaincre, mais il faut que les gens prennent conscience que derrière ce discours de façade, se cache une réalité bien moins avouable. Il suffit de voir ce qu’il se passe dans les communes désormais gérées par l’extrême droite”. À Dijon, le est arrivé en troisième position avec 18,84%.

Les commentaires sont clos.

  1. En effet, comme c’est dit dans l’article, il faut changer de façon de faire. Ça fait 30 ans qu’on “marche” contre le FN, et on voit que ça n’a servi à rien…..

    Alexandre Emorine le jeudi 29 mai 2014 à 14h20

  2. Mais bien sûr. Methode Tesson ? Les aligner devant un peloton d’exécution?

    Mascotte le jeudi 29 mai 2014 à 14h53

  3. ça fait 30 ans que des alliances contre-nature sont faites avec le PS socio-démocrate-libéral, pour des petits jetons de présence de crotte…

    M-Eve le jeudi 29 mai 2014 à 16h21

  4. “Le mouvement est moins spontané qu’en avril 2002, où Jean-Marie Le Pen s’était maintenu au second tour”
    Pourtant on voit la main jaune de SOS Racistes et autres organisations subventionnées pour instrumentaliser les jeunes cerveaux au profit du PS. Faut dire c’est tellement bien d’avoir le Ps au pouvoir on le voit tous les jours.
    Encore des “idiots utiles” qui manifestent contre eux-mêmes au profit du système. Ils n’avaient qu’à aller voter…

    C'est bien le vendredi 30 mai 2014 à 11h03

  5. Louis Ferdinand Céline le disait : Entre le maître et l’esclave ; c’est l’esclave que je bat ! A voir ces jeunes décérébrés et incultes; pour la plus part d’entres eux destinés a ne vivre que de minimas sociaux ; a l’exemple de leurs parents qui pour beaucoup n’auront jamais eu l’occasion d’occuper un quelconque emploi ; ces ESCLAVES SERVILES ET MANNIPULES EN SOUS MAINS pour une élite mondialisée et apatrides QUE DENONCE LE FRONT NATIONAL justement ; Yannick Noah en tête ; ce métisse Camerounais ESCLAVAGISTE ET EXHILE FISCAL A MONACO ; depuis bien avant 2007 ; je me pose toujours les mêmes questions. Combien de ces têtes remplie d’air ; qui comme la girouette soumise aux caprices du vent; a force de revirements en tous sens ; combien dis-je deviendront dans quelques années DES ELECTEURS OU MEME DE FAROUCHES MILITANTS DU FRONT NATIONAL !? Ah les cons ! s’écriait Daladier en 1938.. et pour finir Jean Louis Forain : ce n’est pas grave ; un jour nous vaincrons car les cons sont avec nous ! ( 1906)

    Cranach le vendredi 30 mai 2014 à 14h20

  6. “Ils n’avaient qu’à aller voter…”
    “ne vivre que de minimas sociaux a l’exemple de leurs parents”
    Vous semblez bien les connaitre ces jeunes pour sortir de tels arguments…

    François COLAS le vendredi 30 mai 2014 à 16h28

  7. En réponse à C’est bien Vas apprendre a lire !! Ces jeunes n’avaient pas le droit de vote et c’est bien expliqué dans l’article…

    Pilou le vendredi 30 mai 2014 à 17h38

  8. A Mascotte : T’es la Mascotte du Front National ? :joke:

    Pilou le vendredi 30 mai 2014 à 17h39

  9. Contre l’Affront National, le droit de vote à 16 ans

    Dijon Autrement le samedi 31 mai 2014 à 8h02

  10. Je partage totalement le point de vu de Pilou.C’est pas le tout de vouloir donner une leçon de moral.le peuple c’est exprimé point, c’est la république.Je me pose juste une question.Combien était le droit de vote dans cette manifestation,et on voté?
    Si le front est si haut dans les sondages cela est-il pas que notre pays en à marre de cette bagarre PS UMP et que les autres n’est pas le droit à la parole.Le systeme mis en place ne permet plus à de simple Français de pour se présenté à une élection cela était possible au conseil général.,les petits manque d’argent pour le montage de liste, et de personnes pour avoir le plus possible de liste.Voila la réalité.Je oublie pas les réaltion très étroite entre le monde des médias,politique.

    philiouy le samedi 31 mai 2014 à 9h32