Radio Cultures Dijon, toujours là et “encore pour longtemps”

Le président de , Noel-Jean Mazen, dresse le bilan de la station de radio, entre la prochaine équipe, la coupure d’émission en janvier et son futur proche.

“Six ans après notre création, nous sommes toujours là et on peut dire que radio cultures Dijon existera encore longtemps. C’était un pari fou : imposer dans le paysage régional une radio locale, indépendante et associative. C’est un pari réussi : même la coupure du mois de janvier a eu des aspects positifs en unissant plus que jamais l’équipe du 100 FM”, précise-t-il.

A lire ci-dessous l’intégralité du discours de Noel-Jean Mazen :

Dans son discours qu’il veut aujourd’hui partager avec le plus grand nombre, Noel-Jean Mazen, président de radio cultures Dijon, répond aux questions longtemps restées en suspens sur l’interruption d’antenne survenue en janvier dernier.

Beaucoup d’efforts sont mis en œuvre pour que les choses se stabilisent et permettent à la culture de s’épanouir sur notre antenne. Il faut aussi penser à la saison prochaine. Autour d’une équipe remaniée, les projets sont nombreux… Un nouveau logo arrive pour bientôt !

« Il y a six ans, avec quelques-uns, nous avions la volonté de créer une radio Dijonnaise réunissant les acteurs culturels de la ville et, au-delà, une partie de la population autour de l’expression des cultures de tous les types, de toutes les origines.

Cela n’a pas toujours été facile ! Mais six ans après, nous sommes toujours là et on peut dire que radio cultures Dijon existera encore longtemps. C’était un pari fou : imposer dans le paysage régional une radio locale, indépendante et associative. C’est un pari réussi : même la coupure du mois de janvier a eu des aspects positifs en unissant plus que jamais l’équipe du 100 FM.

  • La programmation

Le pari donc d’une radio nullement adossée à une communauté, une entité municipale ou nationale. Une vraie radio multiculturelle qui sait mêler la plupart des styles musicaux, le théâtre, le cinéma, l’architecture, la littérature, la peinture, toujours avec un souci de libre expression, de libre création des individus, de 7 à 77 ans.

Le « 19 rue de la Préfecture » est bien plus qu’une radio. C’est l’intergénérationnel et le multiculturel. C’est une véritable plaque tournante où se rencontrent les cinéphiles de Cinecitta, des musiciens de toutes horizons, l’ancien doyen de la faculté de Médecine dans « Quoi de neuf toubib ? », des professeurs du Conservatoire, des étudiants, comédiens, poètes… Bref, des passionnés !

Voilà pourquoi je soutiens mon équipe, voilà pourquoi l’équipe travaille. Cinq salariés, deux services civiques et une soixantaine de bénévoles : c’est le prix de la diversité culturelle et musicale, une richesse unique !

  • Le silence

Alors que s’est-il passé en janvier ? La presse s’est faite, et on la remercie, l’écho d’une coupure d’antenne de trois jours. Aussitôt, certaines personnes ont crié haro sur le baudet ! Radio cultures n’émet plus ! Radio Cultures est morte ! Ils ne savent pas gérer ! C’était nous enterrer un peu vite ! Il est exact que nous avons du retard avec certains créanciers, dont la SACEM, dont l’expert-comptable – que nous remercions de sa patience – dont Tower Cast qui assure la diffusion via son pylône. Cette coupure est un accident de parcours. Tout cela aurait pu se régler si notre créancier avait été plus souple. D’ailleurs, le CSA l’a parfaitement compris ; nous sommes allés nous expliquer devant lui.

  • L’avenir

Maintenant, les choses se réorganisent avec plus de rigueur. Nous avons mis sur pied un plan drastique de limitation des dépenses. C’est promis : dans un an, il n’y aura plus de déficit endémique. Pour ce faire, un turn over structurel est inévitable. L’équipe se renouvelle. Alice Chappau, notre journaliste, est partie pour de nouvelles formations et David Seroc, technicien-programmateur, souhaite voler de ses propres ailes. Un grand merci à tous les deux, nous leur devons énormément et les portes de la radio leurs seront toujours ouvertes…

C’est donc Sarra et Adrien qui seront l’épine dorsale de cette nouvelle équipe ! Je veux les remercier eux, et aussi Mélanie, Pierrick et Fabien. Je veux les remercier d’avoir fait bloc autour de moi en cette période de turbulence !

Au final, cette coupure aura été salutaire, même constructive. Elle nous aura fourni l’électrochoc nécessaire pour modifier certains de nos comportements et nous ouvrir plus largement à une certaine forme de publicité avec les sponsorings.

Nous vous devions ces quelques explications pour vous rassurer, pour vous demander de nous renouveler votre confiance, pour nous aider. La tâche est loin d’être facile mais l’équipe, unie, est plus motivée que jamais. Comme on dit dans la marine, il y a eu un coup de vent mais une équipe est la manœuvre. L’incident est derrière nous et, devant, il y a une vraie ambition et de nombreux projets.

Alors bon vent à radio cultures Dijon qui est nécessaire, je crois, à l’agglomération et à nombre d’entre vous. Le 100 FM est une entreprise culturelle et citoyenne. Merci de nous garder votre confiance, merci de votre aide ! »

Les commentaires sont clos.