En mai, le théâtre fait ce qu’il lui plaît

2014-05-culture-theatre-en-mai

Un quart de siècle de théâtre. Pour sa 25ème édition, , le festival organisé par le TDB mise sur la prime jeunesse, la découverte mais aussi l’expérience. Ainsi, au milieu des jeunes troupes, on retrouve Pierre Debauche, à la fois parrain et acteur de cette édition, à la baguette de 3 pièces programmées.

La présentation du programme de cette édition, lundi 5 mai dernier, était également l’occasion pour , porte-parole des intermittents et des précaires de Bourgogne, de revenir sur sa grève de la faim afin de protester contre la réforme du statut d’intermittent. Il s’en est vivement pris à François Rebsamen, ministre du Travail, pour avoir signé un texte modifiant l’assurance chômage du régime. “Dans cette discussion, nous ne sommes pas en écoute”, a-t-il rajouté. Le ministre s’est défendu depuis “de toute trahison”.

Néanmoins, ce n’est pas suffisant pour les intermittents du spectacle. “On travaille honnêtement depuis 11 ans alors que nous sommes attaqués perpétuellement sur notre statut”, témoignait Franck Halimi. Avant d’expliquer que la situation ne pourrait plus durer et qu’il était temps de passer aux menaces. “Vous allez entendre parler de nous au Festival de Cannes”.

Ces pièces vont vous intéresser…

  • Une Raclette

Mise en scène de Jean-Christophe Meurisse, une création collective des Chiens de Navarre. Représentations les 24, 25 et 26 mai, au Parvis Saint-Jean.

Au premier abord, la pièce paraît délirante. Huit voisins de retrouvent ensemble à table pour partager un repas. Ils ne se connaissent pas encore, les sujets de discussion sont classiques : les causes humanitaires, la nourriture bio, la vieillesse, les promenades en forêt… Puis tout s’accélère et la soirée dérape en débauche de sexe et délires orgiaques. Un bon programme qui promet d’être pimenté pendant 1h45 de représentation.

  • Ah Dieu ! Que la guerre est jolie…

Mise en scène de Pierre Debauche et Pieryk Vanneuville. Représentations les 28 et 29 mai salle Jacques Fornier.

Le titre de la pièce est une citation d’un Guillaume Apollinaire ironique et absurde. Si Pierre Debauche se prête de nouveau à l’exercice de raconte les malheurs de la Grande guerre, il le fait cette fois-ci en compagnie de Pieryk Vanneuville et d’acteurs de l’âge des “biquets”, ces conscrits envoyés dans les tranchées. Une pièce définitivement anti-militaire, qui chante quel formidable temps de paix cela aurait été si ça n’avait pas été la guerre.

  • La mastication des morts

Mise en scène de Solange Oswald. Représentations les 28, 29 et 30 mai dans les jardins de la Drac.

Si le temps le permet, les jardins de la Drac assisteront à un bien étrange spectacle. Des tombeaux à ciel ouvert verront leurs hôtes reprendre vie, chantant, claquant des dents, se chamaillant, se parlant. En déambulant dans les jardins, le spectateur est invité à tendre l’oreille au-dessus de ces tombes et d’en savoir un peu plus sur la vie de ses occupants.

Mais Théâtre en mai, c’est aussi…

Télécharger le document PDF (Inconnu)

Les commentaires sont clos.

  1. J’aimerai bien une pièce outdoor. Sortons le théatre des bâtiments!

    Dijon Autrement le mercredi 14 mai 2014 à 11h01

  2. Les jardins de la DRAC, oui!
    Il existe d’autres parcs & jardins.
    N’attendons pas l’Estivade(tm) pour sortir!
    A quand de vrais évènements durant la torpeur d’août?

    Dijon Autrement le mercredi 14 mai 2014 à 11h04