Pour les Municipales, François Rebsamen ne veut pas du soutien d’Harlem Désir

Photo Jonas Jacquel

Photo Jonas Jacquel

En pleine période estivale, la petite phrase est sans doute passée inaperçue. Dans une interview au Journal du Dimanche, dimanche 11 août 2013, il a livré quelques pistes pour la campagne des que son entourage annonce déjà comme rapide, mais intense.

Il a ainsi balayé d’un revers de main un possible soutien d’, premier secrétaire du PS : “Je ne pense pas en avoir besoin et son soutien sera plus utile dans d’autres cas”. Avant d’ajouter : “S’il est indispensable que le PS montre les réalisations qui font la spécificité des maires de gauche, ces derniers ne souhaitent pas une campagne nationale”.

En 2001, avant qu’il ne prenne la mairie à Robert Poujade, il avait reçu un unique soutien, celui de François Hollande à cette époque aussi premier secrétaire du parti. Un événement qu’il aime à rappeler comme pour démontrer l’attachement du Président de la République à la capitale des Ducs de Bourgogne.

A la tête du groupe socialiste au Sénat, il s’attend désormais à quinze mois “agités” : “Après la séquence sur les retraites et la loi de finances, il y aura une succession d’élections : municipales et européennes en 2014, cantonales et régionales en 2015. Les Français vont pouvoir exprimer leur jugement”.

Les commentaires sont clos.