Avant les Cantonales, l’heure est au redécoupage

Conseil général de Côte-d'Or | Photo Jonas Jacquel

Conseil général de Côte-d'Or | Photo Jonas Jacquel

C’est une institution postrévolutionnaire qui s’apprête à subir un profond lifting. Avant les échéances électorales du printemps 2015, la carte des cantons va être totalement redessinée. Un sujet qui ne manquera pas d’agiter le conseil général de Côte-d’Or dans les prochaines semaines. Tant on sait que cette réforme tient particulièrement son président, , à cœur. Lui qui se voit volontiers comme un chevalier blanc des territoires ruraux.

Car malgré plusieurs tentatives d’obstruction par le Sénat, la réforme du mode de scrutin pour les élections départementales a finalement été entérinée le 17 avril 2013. L’instauration du scrutin majoritaire binominal mixte – c’est-à-dire de la parité parfaite – conduit à la division du nombre de cantons par deux. En imposant donc un redécoupage. Et si aucune carte officielle n’a encore filtré, les premières ébauches font déjà débat.

Une rentrée sous tension

Au bureau du groupe d’opposition du conseil général, fait ses calculs : “Avec ce projet, la Côte-d’Or va compter 23 cantons donc 46 conseillers départementaux – nouveaux noms des conseillers généraux. C’est cinq de plus que le projet défendu par François Sauvadet sous la présidence de Nicolas Sarkozy. Ce sont précisément ces cinq conseillers qui permettent d’équilibrer l’ensemble”.

Car depuis plusieurs mois, le débat se cristallise autour de la représentation des territoires. Et le meneur de la fronde, François Sauvadet, entend bien faire rayonner son combat jusqu’à Paris. Caressant l’espoir de faire reculer le gouvernement. Dans quelques jours, il réunit d’ailleurs ses troupes à Vitteaux. Officiellement, il s’agit de lancer les 2.048 campagnes municipales sur la région Bourgogne mais dans son entourage, on assure que quelques “messages politiques”, seront distillés dans ses différentes allocutions.

Dans la première mouture de l’invitation transmise à la presse, pas de traces des Municipales 2014 mais un discours plus revendicatif : “Les territoires ruraux ne sont pas seulement oubliés par le gouvernement mais surtout maltraités”, assurait l’ancien ministre de la Fonction publique. En citant justement le redécoupage des cantons ruraux comme “symbole du mépris du pouvoir pour l’équilibre des territoires”.

La mort des territoires ruraux ?

Car ce qui exacerbe l’actuel président du conseil général c’est le sort qui est fait à son fief du Chatillonnais. Alors que le territoire compte six cantons, il n’y en aurait plus qu’un seul rassemblant un petit plus de 21.000 personnes. Car la règle du découpage est stricte : les cantons doivent rassembler 23.000 habitants avec une marge de plus ou moins 20%.

Ceci afin de mieux représenter les territoires assure l’exécutif national. “Actuellement, le conseiller général de Grancey-le-Château, Alain Houpert, a le même poids que Michel Bachelard – canton de Dijon 2 – alors que le premier a été élu avec 483 voix et le second 10.872 !” Un écart jugé “non-constitutionnel” par , sénateur-maire de Dijon et président du groupe socialiste au Sénat : “Au nom d’une ruralité dont il se prétend le défenseur exclusif, alors qu’en réalité, il en est le fossoyeur par conservatisme électoral, il refuse de voir notre société changer”.

D’après une note diffusée aux différentes préfectures, le découpage devra être établi sur des bases démographiques donc, entre mai 2013 et mars 2014. Durant le début du mois de septembre, la carte définitive devrait être transmise à la préfecture par le ministère de l’Intérieur puis le département rendra un avis, consultatif. “Le gouvernement veut enterrer sans fleur ni couronne les territoires périphériques”, poursuit François Sauvadet. En 2012, il avait demandé aux territoires ruraux de se mobiliser. Son “appel de Dijon”, avait reçu un écho national.

Six cantons pour Dijon intra-muros

Trop peu pour celui qui clame haut et fort que le gouvernement veut tout simplement “la mort des territoires ruraux”. “François Sauvadet doit redescendre sur terre. Il faut que ses chevilles et sa tête dégonflent”, tempête Jean-Claude Robert. “Il ferait mieux de s’occuper de son département, de mettre fin au copinage et au clientélisme et de gérer la réforme qu’il a engagée dans les services”.

Les passes d’armes ne devraient donc pas s’achever de si peu au sein de l’hémicycle départemental. D’autant que si le pouvoir en place est souvent accusé de mauvaises intentions quand arrive l’heure d’un redécoupage, le basculement à gauche, dans le contexte actuel est loin d’être gagné. “Les cantons à droite, le sont vraiment”, souligne ainsi le président du groupe d’opposition.

Dijon ne sera plus tiraillé entre ville et campagne puisque six cantons intra-muros devraient voir le jour mais le reste de l’agglomération sera plus disloquée : Chenôve aura sa propre circonscription avec Marsannay-la-Côte, Longvic devrait se tourner vers Gevrey-Chambertin et Talant vers Saint-Seine-l’Abbaye.

“C’est un gage d’équité”, poursuit Jean-Claude Robert. “Les propos de François Sauvadet sont une escroquerie et une malhonnêteté intellectuelles, car la réforme est moins pénalisante que celle qu’il avait porté et qui prévoyait à l’époque, la disparition à terme des départements”. D’après le Conseil constitutionnel, les écarts de population entre cantons peuvent aller de 1 à 47 dans certains départements français…

Les commentaires sont clos.

  1. Beaux échanges, belles empoignades !
    L’attitude de M. Sauvadet ressemble à s’y méprendre à celle d’un élu qui n’a pour seule raison d’être que celle de penser davantage à lui même qu’aux collectivités qu’il est sensé représenter.
    souhaitons qu’enfin soit donné une suite efficiente aux quatre niveaux de gestion publique territoriale, sachant que les “com d’agglo ou de communes ont été mises en place dans le but de mieux gérer les secteurs ruraux. Ras le bol en hiver par ex de voir un déneigement s’arrêter ou commence la compétence de la commune voisine dont les habitants ne sont pas directement usagers d’une voie néanmoins de leur ressort etc etc…

    calou le vendredi 13 décembre 2013 à 16h04