L’Inrap Bourgogne ouvre les portes du passé

2012-11-archeologie-patrimoine-fouille-tanneries-JJ-dijonscope-82

Afin de sensibiliser le public et lui faire voir où vont les deniers publics investis dans la recherche archéologique, le ministère de la Culture organise, pour la quatrième année, les journées nationales de l’. Du 7 au 9 juin 2013, le public aura rendez-vous avec son passé à travers des journées portes ouvertes sur les sites de fouilles, ainsi que de nombreuses autres activités à travers le territoire.

Il sera par exemple possible de se rendre au centre de recherche européen de Bibracte à Glux-en-Glenne (58). A proximité de Dijon, les travaux de la ont permis de dévoiler des vestiges allant de l’Age du bronze à la période gallo-romaine. Le tout sur le site de Magny-sur-Tille (21). Plus original, lInstitut national de recherche archéologique préventive () proposera des balades découvertes à vélo dans Dijon même, accompagnées par un archéologue.

Vous retrouverez l’ensemble du programme détaillé ici. La présentation de cet événement national, mardi 28 mai, a été l’occasion de rappeler le succès grandissant de l’opération, multipliant par sept son audience depuis trois ans avec un total de deux millions de visiteurs en 2012. Si pour les archéologues, cette ouverture au public permet de mieux comprendre le métier, c’est également l’occasion de sortir des clichés d’une archéologie lointaine et exotique. Si l’Égypte fait rêver, il est important de montrer aux Français que leur sol recèle de nombreux trésors.

Avec une quinzaine de fouilles par an et une centaine de diagnostics sur la région Bourgogne, les services de l’Inrap grand Est ne chôment pas. Mais la communication de ces activités demeure délicate en raison des pillages systématiques. “Ces journées sont l’occasion pour nous de communiquer sur nos découvertes, ce qui est la moindre des choses vis-à-vis du public qui finance indirectement ces travaux. Nous souhaiterions le faire davantage dans le courant de l’année mais nous restons confrontés à un énorme problème de pillage des sites”, explique-t-on à l’institut. Mais pour les amateurs de “poêle-à-frire” (du nom familier donné aux détecteurs de métaux), sachez que des dispositifs de dernière génération, capables de brouiller les signaux radios et de prévenir les services de gendarmeries, sont utilisés sur certains chantiers en Bourgogne.

Enfin, ces quatrièmes journées nationales seront l’occasion pour Réseau ferré de France (RFF) et l’Inrap de présenter un travail commun autour du chantier de la LGV Rhin-Rhône qui a déclenché la mise au jour d’un grand nombre de sites de fouilles. Une grande partie des résultats et des découvertes de l’année 2012 seront liées à ce vaste projet d’aménagement du territoire.

Les commentaires sont clos.