Les communistes craignent pour l’avenir de la culture

2013-06-culture-musique-fete-musique-dijon-JJ-miroir-5

Alors qu’en Bourgogne, les festivals s’enchaînent, le groupe communiste au conseil régional de Bourgogne tire la sonnette d’alarme. Le samedi 13 juillet 2013, les organisations professionnelles du spectacle étaient reçues par Michel Sapin, le ministre du Travail et Aurélie Filippetti, la ministre de la Culture et de la communication, avant une manifestation dans les rues d’Avignon. Mais depuis, selon , rien n’a changé : “La culture ainsi que les acteurs culturels subissent de plein fouet les politiques d’austérité instituées par l’Union Européenne et déclinées nationalement par le gouvernement de Jean-Marc Ayrault”.

Le budget de la Culture en 2014 se verra diminué de 2,8% après avoir déjà enregistré une baisse de 4,3% en 2013. “La course effrénée à la réduction des dépenses publiques dans laquelle s’est engagé le gouvernement porte un coup sévère à la Culture et entrainera la mort de centaines de structures culturelles”, assure le conseiller régional PCF mais aussi délégué CGT du Syndicat national des professionnels du théâtre et des activités culturelles (synptac).

“Le PCF exige le dégel des crédits 2013 à la Culture, le vote d’une loi d’orientation et de programmation pour la création en concertation avec les acteurs, le maintien du régime spécifique d’assurance chômage des artistes et des techniciens ainsi que la défense de l’exception culturelle au niveau européen et la sécurisation des politiques fiscales envers la Culture”.

Pour en savoir plus, lire le communiqué de presse ci-dessous.

“En cette période estivale de festivals culturels, il est important de rappeler que la Culture ainsi que les acteurs culturels subissent de plein fouet les politiques d’austérité instituées par l’Union Européenne et déclinées nationalement par le Gouvernement Ayrault.

François Hollande avait pourtant promis lors de son élection que le budget culturel serait sanctuarisé et annoncé vouloir remettre la Culture au centre de notre projet de société, laissant espérer à de nombreux artistes, une véritable rupture avec la politique Sarkozyste de démantèlement de notre service public de la Culture, menée au cours des dix dernières années.

Or, il n’en est rien !

  • Le budget de la Culture en 2014 se verra diminué de 2,8% après avoir déjà enregistré une baisse de 4,3% en 2013.
  • L’acte 3 de la décentralisation voit le mot « Culture » disparaître totalement. Malgré le maintien de la compétence générale pour tous les niveaux de collectivités, la poursuite de la baisse des dotations d’État n’aura pour seul effet que de concentrer les moyens sur les compétences obligatoires et c’est bien, entre autres, la Culture qui sera affectée.

La course effrénée à la réduction des dépenses publiques dans laquelle s’est engagé le gouvernement porte un coup sévère à la Culture et entrainera la mort de centaines de structures culturelles, la mise au chômage de milliers d’artistes, l’accroissement de la précarité, et la suspension de projets culturels pourtant vecteurs de vie sociale, à l’école, au travail, et dans la Cité.

Les élus communistes affirment que ces choix représentent une véritable faute politique contre l’art et les artistes. Il s’agit également d’une très mauvaise nouvelle pour l’avenir de notre peuple ainsi que pour la jeunesse. Toute politique résolument de gauche doit s’articuler autour d’une volonté d’émancipation citoyenne et la Culture en est un des piliers fondamentaux.

Il est urgent pour le gouvernement de tenir ses engagements. Le PCF exige le dégel des crédits 2013 à la Culture, le vote d’une loi d’orientation et de programmation pour la création en concertation avec les acteurs, le maintien du régime spécifique d’assurance chômage des artistes et des techniciens ainsi que la défense de l’exception culturelle au niveau européen et la sécurisation des politiques fiscales envers la Culture”.

Les commentaires sont clos.