Sur la route, ep.2 – Des Grands crus à l’Ouche, percée vers les plaisirs

2013-07-loisir-tourisme-route-grands-crus-ouche-vigne-JJ-miroir-202

Marre des énormes valises, de l’autoroute, de ses bouchons interminables et des péages excessivement chers ? Pour partir en vacances, restez plutôt en Bourgogne !

Cet été, la rédaction du Miroir vous propose une série d’itinéraires de tourisme au fil des routes historiques et caractéristiques de la région… à emprunter en voiture, le temps d’une balade dominicale. Car contrairement à ce qu’impose la tendance, la voiture n’est pas à reléguer au simple rayon des moyens de « transport ». Non, l’automobile est, depuis plus d’un siècle, aussi un loisir, un moyen de balade et de plaisir.

Confortablement installé au volant de votre voiture, vous aurez pour seule règle d’éteindre la climatisation, d’ouvrir les fenêtres en grand, et de ne surtout jamais atteindre la vitesse maximale autorisée en profitant au mieux des paysages.

C’est un peu les “Vacances pour ceux qui restent” qui vous prouveront que la région, avec ses panoramas, son histoire et son patrimoine, n’a rien strictement rien à envier aux stations balnéaires. Bonne route !

De la Route des Grands Crus à la vallée de l’Ouche, percée vers les plaisirs

Cette semaine, mettons tout simplement un peu d’eau dans notre vin, à travers un circuit reliant astucieusement la fameuse route des Grands Crus à la rafraîchissante vallée de l’Ouche.

Une petite boucle d’une heure trente environ idéale pour la digestion, puisqu’elle commencera par une traversée des villages de la Côte, dont les célèbres noms se retrouvent sur les bouteilles de Bourgogne du monde entier, et se terminera au bord de l’eau à l’ombre de la vallée de l’Ouche. Et quoi de mieux qu’un peu de cassis pour marier les deux, en traversant l’arrière-côte ?

2013-07-loisir-tourisme-route-grands-crus-ouche-vigne-JJ-miroir-206

Photo Jonas Jacquel

Probablement sur le podium des plus belles routes de France, la route des Grands Crus attire chaque année les touristes du monde entier. Et pour cause : elle traverse sur 60 kilomètres trente-huit villages aux noms tous plus prestigieux les uns que les autres. Se terminant à Santenay et passant par Beaune, saviez-vous qu’elle débute officiellement à Dijon, “kilomètre zéro de la route des grands crus”, comme aime à le rappeler son maire ?

Mais c’est du premier cru que nous partons pour notre balade, depuis le vieux centre de Marsannay-la-Côte. Avec ses rues étroites, et ses innombrables affichettes fléchant les noms de viticulteurs où acheter du vin directement à la propriété, Marsannay donne déjà agréablement le ton des villages qui suivront.

L'église de Fixey | Photo Jonas Jacquel

L’église de Fixey | Photo Jonas Jacquel

Viennent ensuite Couchey et ses rues pavées, puis Fixin. A ce niveau, n’hésitez pas à faire un petit détour vers le haut de Fixey, où culmine une vieille église romane du IXe siècle ; probablement l’une des plus anciennes du département.

Le long de la route, les rangs de vignes s’alignent et défilent à toute allure, créant avec la vitesse des effets de parallélisme qui font toute la poésie de la Côte. Et si vous l’ignoriez, sachez que ce sont ces mêmes pieds de vigne qui, l’automne venu et les feuilles brunissant, donnent leur nom à notre département de Côte-d’Or. Un spectacle inégalable à l’aurore, lorsque le soleil donne directement sur les dizaines d’exploitations.

2013-07-loisir-tourisme-route-grands-crus-ouche-vigne-JJ-miroir-180

Photo Jonas Jacquel

Mais si la route des Grands Crus est internationalement connue, elle n’en reste pas moins délaissée au quotidien par les automobilistes, qui lui préfèrent la rapide mais dangereuse “route de Beaune”. Elle y offre certes une belle vue, mais il faut cette fois la partager avec les conducteurs de poids-lourds et contrôles radar.

C’est pourquoi, depuis quarante ans déjà, les rêveurs boudent la Nationale pour la Route des Grands Crus, en suivant habilement les vieilles bornes Michelin et plus récemment la fameuse grappe rouge des panneaux de direction. En témoigne d’ailleurs cet amusant document télévisuel de 1972, dénonçant déjà sur la route de Beaune toute une “fantasia de panneaux de signalisations, de monstrueux convois, d’affichages publicitaires d’un goût discutable”. A bord de sa Citroën Ami 8, le journaliste plaide pour la voie “buissonnière de la sagesse”. Vous l’aurez compris, la route des Grands Crus.

Mais l’on aura beau pousser jusqu’au bout le militantisme, la si belle route des Grands Crus rejoint inévitablement les sentiers battus de la Nationale après le Clos Vougeot. Vous aurez malgré tout eu le temps d’apprécier la traversée de Brochon ou de Gevrey-Chambertin. Et si de voir toutes ces grappes gonflées de sucre par le soleil vous a mis en appétit, n’hésitez pas à faire une halte dans un petit resto’ routier ; celui de Morey-Saint-Denis, saura sans prétention combler votre quête d’authenticité.

2013-07-loisir-tourisme-route-grands-crus-ouche-vigne-JJ-miroir-210

Photo Jonas Jacquel

Et une fois repus, quoi de mieux qu’un bon digestif ? Quittez donc la route des Grands Crus au niveau de Nuits-Saint-Georges pour lui préférer celle du Cassis. En effet, empruntez la route de la Serrée en direction de Meuilley puis Arcenant pour rejoindre la vallée de l’Ouche. Là, les villages bien plus pittoresques sont ceux des récoltants historiques du cassis. Car c’est dans cette arrière-côte que l’on cultive le fameux fruit qui se marie si bien en liqueur avec le vin blanc.

Photo Jonas Jacquel

Photo Jonas Jacquel

Si d’aventure l’appétit vous venait d’en savoir plus sur ces fameuses petites boules brunes, n’hésitez pas à vous rendre à la ferme Fruirouge. Familiale et pédagogique, ce petit établissement situé non loin dans le hameau de Concœur vous permettra de repartir avec le meilleur des produits artisanaux dérivés du cassis Noir de Bourgogne. Mais c’est véritablement à Arcenant que la magie de ce fruit opère, lorsque vous montez en juillet les lacets de la D25. Par temps orageux, toutes les odeurs du cassis parviennent jusqu’à vos narines pour vous enivrer !

2013-07-loisir-tourisme-route-grands-crus-ouche-vigne-JJ-miroir-6

Le panorama avant la descente sur la vallée de l’Ouche | Photo Jonas Jacquel

Après une descente à travers les bois, voici enfin venu le temps de la modération : fini l’écrasant soleil fournissant à volonté sucre et alcool, place au régime à l’eau ! Mais quelle eau, puisqu’il s’agit de la bucolique vallée de l’Ouche dans laquelle vous débouchez au niveau de Pont d’Ouche. Pas vraiment un village, mais un bourg qui porte bien son nom, puisqu’il est survolé par l’imposant Viaduc de l’Autoroute du Soleil.

Et si celui-ci vous provoque des vertiges, allez donc faire une pause Chez Bryony, un snack multi-services “à l’ancienne” au bord du canal de Bourgogne : en plus d’une glace ou d’un café, Chez Bryony on peut y acheter du pain, des cartes postales, on y loue des vélos, on peut y garer sa péniche, laver son linge, prendre une douche… le tout avec autant de générosité que de modestie !

2013-07-loisir-tourisme-route-grands-crus-ouche-vigne-JJ-miroir-42

Photo Jonas Jacquel

C’est là que sous une imposante verdure vous êtes désormais prêts à descendre la vallée de l’Ouche. Une rivière qui a pris sa source quelques kilomètres au Sud, bordés de champs de céréales.

Le calme y est royal, et la multitude de panneaux à vendre aux fenêtres des charmantes petites maisons en pierre donnerait presque envie d’y prendre sa retraite, à 30 minutes de Dijon.

Photo Jonas Jacquel

Photo Jonas Jacquel

Il faut dire que tout bon retraité ou contemplatif y trouverait le bonheur nécessaire : la fraîcheur de l’écume de la rivière, de jolies écluses avec leurs vacanciers en bateau à saluer amicalement depuis le rivage, et même quelques canards à nourrir nonchalamment !

Photo Jonas Jacquel

Photo Jonas Jacquel

Côté distractions, le Château et les jardins de Barbirey, quelques kilomètres plus loin, vous offriront le calme et la plénitude tant attendue. Parfait pour une sieste à après la conduite ! Et si vous avez au contraire la bougeotte, rendez-vous plutôt à l’écluse de la Charme à Saint-Victor sur Ouche. Depuis plus de vingt ans ses propriétaires accueillent les touristes de passage dans une ambiance de guinguette, de spectacles et de bals populaires organisés tout l’été au bord de l’eau.

Photo Jonas Jacquel

Photo Jonas Jacquel

Garçon, la même !

Puis c’est déjà la fin, puisque le périple vous mène à Sainte-Mariesur-Ouche et enfin Pont-de-Pany, sur la route de Dijon. Comment ? Vous avez encore soif ? Aucun problème, cet itinéraire est une véritable boucle sans fin, puisque de Pont-de-Pany vous pouvez rejoindre Velars-sur-Ouche et couper directement par Corcelles-les-Monts pour descendre vers… Marsannay-la-Côte et la Route des Grands Crus. Vous connaissez ?

Rendez-vous la semaine prochaine pour un nouvel itinéraire bourguignon ! | Photo Jonas Jacquel

Rendez-vous la semaine prochaine pour un nouvel itinéraire bourguignon ! | Photo Jonas Jacquel

Les commentaires sont clos.

  1. Bel article accompagné de belles photos.
    La Bourgogne dans toute sa splendeur.

    Bravo

    Mathieu Bouchard le samedi 27 juillet 2013 à 11h33