Le CHU de Dijon et le centre Georges-François Leclerc partagent les données en imagerie médicale

Posted By Jérémie Lorand On mercredi 24 juillet 2013 @ 22h23 In En bref,Société | Comments Disabled

Le Centre hospitalier universitaire de Dijon et le Centre de lutte contre le cancer Georges-François Leclerc viennent de mettre en place un nouveau système de partage des données en imagerie médicale entre les deux établissements, en vue d’une meilleure prise en charge des patients.

Pour en savoir plus, lire le communiqué de presse ci-dessous.

Projet commun mis en place par le CHU de Dijon [1] et le Centre de lutte contre le cancer Georges François Leclerc (CGFL), le “PACS communicant” permet un partage des données en imagerie médicale entre les deux établissements, en vue d’une meilleure prise en charge des patients. Un nouveau système ayant permis de répondre aux attentes communes des deux structures.

La mise en place d’un système d’échange de données

Ce projet est basé sur le constat simple que les deux établissements prennent en charge de nombreux patients en commun, et ont recours l’un à l’autre pour la réalisation d’examens d’imagerie lorsqu’ils ne disposent pas du matériel nécessaire. Dès lors, le besoin de partage des informations était réel.

Le PACS communicant est une plate-forme informatique permettant donc aux professionnels du CHU et du CGFL l’accès partagé aux dossiers d’imagerie des patients stockés sur les serveurs de chacun des établissements (images de radiologie (et comptes-rendus associés), de cardiologie, d’endoscopie digestive).

Deux éléments constituent cette plate-forme :

  • D’une part, le logiciel nommé “PIX Manager”, qui corrèle les bases de données des patients de chacun des établissements afin de vérifier notamment si un patient particulier existe déjà au sein de l’autre entité. Le cas échéant, il permet au professionnel de connaître le numéro d’identification du patient dans l’autre établissement. Ce logiciel est une innovation sur le plan nationalpuisqu’aucun autre établissement français n’utiliseun tel système.
  • D’autre part, le logiciel d’exploitation de ce corrélateur pour le partage de l’imagerie.

De nombreux avantages

Ce système apporte de nombreux avantages, tant pour les patients que pour les professionnels, puisqu’il offre un gain de temps à plusieurs niveaux. Il accélère en effet la prise en charge pluridisciplinaire des patients : les médecins consultent directement les informations depuis n’importe quel poste de travail.

Les professionnels ne sont plus soumis aux supportsphysiques (fiches radio, CD…) et aux contraintes qui leurs sont liées, tout en permettant un accès immédiat. Enfin, le support informatique offre plus de possibilités aux médecins, qui peuvent par exemple tourner les clichés, les faire défiler et les comparer plus facilement sur leur écran, exactement comme le ferait un particulier avec des photos.

Amorcé en 2008, ce projet, qui s’inscrit dans une démarche globale de coopération, était un chantier majeur du Projet Médical commun entre le CHU et le CGFL. Il a été financé par l’Agence Régionale de Santé dans le cadre du plan « Hôpital 2012 ».


Article printed from Le Miroir Mag: http://www.miroir-mag.fr

URL to article: http://www.miroir-mag.fr/5014-le-chu-de-dijon-et-le-centre-georges-francois-leclerc-partagent-les-donnees-en-imagerie-medicale/

URLs in this post:

[1] CHU de Dijon: http://www.miroir-mag.fr/tag/chu-de-dijon/