L’équipe de France se prépare sereinement avant les Mondiaux

Photo Jonas Jacquel

Photo Jonas Jacquel

Les meilleurs nageurs français sont à Dijon jusqu’au 23 juillet pour préparer les championnats du monde à Barcelone, qui auront lieu du 28 juillet au 4 août. Un entraînement suivi d’une conférence de presse était organisée ce vendredi, la seule avant le départ des nageurs, et un entraînement ouvert au public est prévu pour demain, entre 17h30 et 19h30. L’occasion pour chacun d’affirmer ses ambitions.

“Se balader à Dijon c’est tranquille, c’est serein”, introduit , l’actuel champion du monde du 100 mètres dos, “c’est pas comme à Marseille”, son lieu d’entraînement. Pourtant, s’il est tout en sourire, il sait qu’il doit montrer “de belles choses à Barcelone”. L’an dernier, aux Jeux Olympiques de Londres, il avait terminé au pied du podium, pour quelques centièmes de seconde. “Il n’y a pas eu mort d’homme après les Jeux, ce n’est que du sport : il a ses moments extraordinaires et ses moments durs”. Mais il rassure de suite, cet entraînement dans la piscine olympique de Dijon “nous permet de monter en puissance, d’autant plus que c’est une piscine rapide”.

Courbe de progression satisfaisante

Pour , avec qui Camille Lacourt partage sa médaille d’or sur le 100 mètres dos, il lui suffira “de se concentrer sur moi-même et tout se passera bien à Barcelone”. Médaillé d’or aux Jeux de Londres sur le 4×100 mètres sans pour autant avoir participé à la finale, le nageur joue sur sa polyvalence et a survolé les piscines en avril. Preuve en est, il est le premier nageur français a décrocher 5 qualifications individuelles pour les championnats du monde en 3 nages différentes.

Les nageurs défilent en conférence, se vannent entre eux, mais tous deviennent sérieux quand on leur demande quel est leur objectif : aller le plus loin possible et décrocher l’or. Presque tous. Frédérick Bousquet prend conscience, non sans humour, qu’il faut qu’il “se bouge”. Fabien Gilot est quant à lui, “confiant”. Le vice-champion du monde en 4×100 et 4×200 nage libre explique que “la préparation de l’équipe de France est très bonne. On ne s’est pas planté sur notre programme et notre courbe de progression est satisfaisante”. Avec du recul, il considère qu’il sera performant cet été : “je suis capable de nager à mon meilleur niveau”.

Arrive alors , la championne olympique sur le 400 mètres nage libre, à qui il ne manque plus qu’un titre de championne du monde en grand bassin pour se targuer d’avoir glané les titres les plus prestigieux de la planète. Et à l’entendre parler, ce n’est pas la motivation qui manque. Tout comme pour , champion olympique sur le 50 mètres nage libre, qui insiste avec fermeté que “le 50 mètres restera [sa] nage”, comme pour montrer qui est le patron.

Les commentaires sont clos.

  1. Bien, on a pu voir Charles Rozoy qui était présent! :)

    Camille le vendredi 19 juillet 2013 à 22h24