Ramadan Story

Photo Marion Chevassus

Photo Marion Chevassus

Depuis le 10 juillet 2013 – et pour certains musulmans un peu plus tôt, suite à la mini-polémique de cette année – près de 5 millions de musulmans observent le Ramadan en France. Le terme qui désigne ce mois sacré dans le Coran est entré dans le langage français courant, et les pratiques liées à cette période spirituelle de la vie des musulmans finissent par entrer dans les moeurs françaises, et bourguignonnes. Équivalent d’un Yom Kippour juif ou d’un mois de Carême français, il est celui qui fait le plus parler de lui.

Durant un mois lunaire – environ 28 jours, les musulmans vont jeûner durant les longues journées de l’été (environ 17 heures sans manger ni boire dès 4 heures du matin) et célébrer l’Iftar (rupture du jeûne) vers 21h30, un engagement personnel qui provoque l’effervescence. Entre appréhension de la part des Français d’origine chrétienne et plaisir spirituel pour les musulmans, entre clichés grossiers et pratiques réelles, ce rite millénaire danse sur un fil. Attirant aussi bien des anecdotes attachantes que d’autres tachées d’incompréhensions.

Extraits du cru.

Youssef, Dijonnais, auteur de Story sur son profil sur les réseaux sociaux

Inadmissible

“J’étais tranquillement assis dans le train, quand une personne d’une cinquantaine d’années, me voyant avec ma barbe de quelques jours, se demandant si je ne faisais pas partie d’un mouvement extrémiste basque maghrébin corse salafiste, me dit “Monsieur vous faites le Ramadan?” Je lui réponds que oui, et tout d’un coup elle s’exclame “Sans manger pendant la journée, je veux bien, mais sans boire je trouve cela inadmissible! Je pense qu’il faut réformer cet amendement de la Torah car c’est une torture!”

Pâtisseries

“N’avez-vous jamais croisé cette personne qui passe son temps à critiquer le voile ou l’, et qui s’empresse de sonner chez vous pendant la période du Ramadan en lorgnant sur les pâtisseries orientales car il ou elle en raffole – mais qui oublie que c’est une femme musulmane et souvent voilée qui les a longuement préparées. Cela me rappelle cette douce phrase que j’ai déjà entendue un million de fois: “Je n’ai rien contre toi, regarde, je commande toutes les semaines un couscous.”

Le réveil

“3h45 du matin, un des plus beaux combats stomacaux de ma carrière m’attend. Je rentre dans le ring situé en plein centre de la cuisine. Un vrai échange de regards va s’enchainer entre mon adversaire et moi. Cet adversaire, un tajine d’environ 2 kilos conditionné à la dure! En compagnie de carottes, pommes de terre et oignons. Sans oublier l’essentiel, la VIANDE!”

Amélie, Longvicienne, a choisi l’Islam pour religion

Le café

“Je travaillais dans un salon de coiffure, à l’époque. J’étais une grande buveuse de café toute l’année, et mes collègues l’avaient remarqué. Arrivé le mois du Ramadan, j’ai arrêté d’en boire et ma chef a tiqué. Elle m’a demandé en riant si je faisais le Ramadan et comme je lui ai répondu par la positive, elle a fait une drôle de tête. Son expression a changé en une fraction de seconde. Choquée, surprise, dégoûtée, elle m’a aussitôt redemandé les clés du salon. L’amalgame était fait. Je n’avais plus sa confiance.”

Barbecue

“L’été dernier, je jeûnais pour le Ramadan, c’était en août. Ma famille avait prévu un barbecue. Mes proches savent que j’observe ce rite parce que j’ai longtemps été fiancée à un musulman et que j’ai gardé cette habitude de vie spirituelle. Néanmoins, ils ont organisé la rencontre le midi, et me voir me priver pour respecter mon engagement les a exaspérés. J’ai réalisé qu’ils ne comprenaient rien à ma démarche.’Même pas un peu de poulet?’ Pas de Ramadan pour une Française.”

Seule

“Cette pause d’un mois dans nos vies haletantes me fait du bien tout simplement. C’est un moment où je lis, j’arrête de fumer, je me maîtrise pour ne pas être en colère, je me remets en question, ma vie est saine. C’est comme un contrat que je passe avec moi-même et que je prends plaisir à respecter. Bon, la seule chose qui gêne aujourd’hui, c’est de manger seule. Avant, avec les copains, on luttait tous ensemble durant la dernière heure après 17 heures sans manger ou boire, on était au bout du rouleau, on passait des bons moments ensemble à rire de tout ça et de nous-mêmes.”

Massar, habitant de la Fontaine d’Ouche, père de famille

Excuses

“Ce n’est pas rare que pendant le jeûne, une personne boive ou mange près de moi. Aussitôt, elle a tendance à s’excuser, à s’avouer très gênée. Alors nous discutons et je me rends compte rapidement qu’elle considère le Ramadan comme une contrainte. L’abstention de nourriture et de boisson fait peur. Cela montre que beaucoup de gens extérieurs à la religion musulmane n’en ont qu’une connaissance très basique.

Pour nous, jeûner est une démarche volontaire, c’est une façon de se retrouver dans la pratique de la religion. C’est un moment de partage, de redécouverte parfois d’une tradition séculaire riche et précieuse. A l’image du Carême, tu te retrouves subitement dans cette ambiance de charité, de solidarité, de fraternité.”

Diversité

“C’est au moment du Ramadan que l’on se rend compte de la diversité des quartiers. Certains d’entre eux, ceux où l’on a mis ensemble toute une génération d’immigrés se vident de leur activité la journée. Et puis, vers 17-18 heures, comme des petites fourmis, la vie reprend, on va faire les courses, on va chercher le pain, les bonnes odeurs s’échappent des fenêtres. Quand on va à la mosquée, le soir, tout le quartier se retrouve dans la joie, c’est aussi le moment où l’on se réconcilie.

Je trouve cela beau. C’est un moment d’échange où les gens veulent comprendre. C’est le moment où on peut découvrir cette spiritualité sous un autre angle que celui très médiatique, qui assimile la religion à un acte de guerre. Je comprends que cela peut être “choquant”, dans un pays de tradition judéo-chrétienne dont la pratique religieuse décline, de voir qu’une autre pratique est plutôt en ascension. Alors que nous, on l’a presque perdue que ce soit en ville ou dans les campagnes – et la tradition avec.”

Les commentaires sont clos.

  1. “Carême français” … L’expression est gênante, pour le moins ! Elle implique que les Juifs et les Musulmans ne sont pas français…
    Par ailleurs, on peut difficilement dire “carême chrétien”, le carême protestant excluant le jeûne et les privations.
    On ne peut donc comparer le ramadan qu’au “carême catholique et orthodoxe”.

    Mais il est vrai qu’en ce temps de restrictions générales, (presque) tous les Français se “serrent la ceinture”, et sont donc de fait contraints à un “carême” qui n’a plus rien de religieux, et qui, hélas, n’est pas limité à un seul mois de l’année :)!

    Zoé Zaam le vendredi 19 juillet 2013 à 10h50

  2. Depuis très longtemps la France est devenue de plus en plus très raciste et surtout à cause de bidochons beaufs du fion national qui considèrent tous les musulmans comme des salafistes et terroristes en puissance.
    Les juifs font leurs rites de fin de semaine les cathos ne mangent pas de viande le vendredi saint font bombance ensuite et les ultras cathos voudraient instituer le poisson tous les vendredis à cause d’un acrobate qui n’avait pas de pince pour se défaire de son perchoir.
    Les musulmans et juifs ne mangent pas de porc : c’est écrit , ils ne nous empêchent pas de le faire (malgré de fausses infos diluées par les extrémistes de l’umpisse et du fion national et des néonazis français.
    Lorsque vous allez (parce que les mêmes racistes y vont) dans les pays du Maghreb on vous reçoit comme une personne de la famille et vous mangez autre chose que du porc et c’est excellent
    Qu’on les laisse faire ce qu’ils veulent et que l’on se mêle de ce qui nous regarde.
    Moi j’achète ma viande chez un boucher hallal parfois et je n’y vois déjà pas de différence sauf qu’elle est plus belle et bonne que des boucheries françaises

    le père cola tueur le vendredi 19 juillet 2013 à 11h57

  3. Bel article, beaux commentaires, pas pollués par les zélateurs de la dame dont le mari gagne 5000 € par mois pour 17 h de travail hebdo et tout ça au frais de l’Europe.
    Je suis parfaitement athée, je suis même incapable d’essayer d’imaginer un dieu (comme si on vous disiez au fait le père noël existe). Mais comment certains (de plus en plus nombreux) peuvent-ils ne pas respecter les croyances des autres.
    Je crains un retour vers obscurantisme le plus fou.

    Petitrabot le vendredi 19 juillet 2013 à 16h28

  4. Enfin un média qui aborde tous les thèmes de la vie en société sans tabous et préjugés.
    Continuez à nous faire découvrir notre société…
    A connaissance de l’autre brise les clivages entretenus par les politiques et les médias en place!

    Citoyen du Monde! le vendredi 19 juillet 2013 à 16h46

  5. “Enfin un média qui aborde tous les thèmes de la vie en société sans tabous et préjugés.
    Continuez à nous faire découvrir notre société…
    A connaissance de l’autre brise les clivages entretenus par les politiques et les médias en place!”

    Citoyen du Monde, je suis d’accord avec vous! :)

    Camille le vendredi 19 juillet 2013 à 22h38

  6. “dans un pays de tradition judéo-chrétienne dont la pratique religieuse décline, de voir qu’une autre pratique est plutôt en ascension. Alors que nous, on l’a presque perdue que ce soit en ville ou dans les campagnes – et la tradition avec.”

    On croirait à des regrets… Pour ma part je trouve ça plutôt positif pour un pays laïque que l’on mettent de coté ces vielles traditions religieuse pour pouvoir passer à autre chose et ne plus nous voir imposer le diktat de la religion par le biais sournois de la tradition.

    Romain le samedi 20 juillet 2013 à 10h26